mercredi 23 novembre 2016

"The Ones" de Daniel Sweren-Becker

Éditions Hugo New Way - Oct 2016
9782755628135

Voilà un roman qui a fait beaucoup parler de lui lors de sa sortie. Annoncé comme une dystopie originale, The Ones était censé apporter un vent nouveau dans la littérature adolescente. Et vous le savez, Titine aime beaucoup les dystopies adolescentes, elle ne pouvait donc pas passer à côté de celle-ci. Mais il faut avouer qu'avec le temps (et l'accumulation de ce genre de lectures), Titine est devenue plutôt exigeante...


Un petit résumé en passant
Cody a toujours été fière d’appartenir aux Ones. Son petit ami, James, et elle font partie du 1% de chanceux sélectionnés à la naissance par le gouvernement pour être modifiés génétiquement. Aujourd’hui, les Ones excellent en tout : ils sont beaux, talentueux, intelligents, sportifs... Mais pour certains, c’est une injustice. Et le mouvement Equality profite allègrement de la jalousie et de la peur montante au sein de la société, pour gagner des voix et imposer son parti. Le gouvernement américain montre alors sa face la plus sombre et les Ones deviennent illégaux. Alors que la frontière entre bien et mal se brouille, Cody rejoint un groupe de radicaux qui ont bien l’intention de préparer la révolte. Et James commence à se demander jusqu’où elle pourrait se battre....



L'avis 1% de Titine

Il faut avouer que la lecture commençait vraiment bien. Ce concept d'inversion des rôles : les "normaux" qui se mettent à harceler et à déclarer les "différents" illégaux alors que ceux-ci ne rêvent que de s'intégrer à la société, avec des motifs plutôt difficiles à avaler. En effet, ces fameux "Ones" ne sont pas si différents de nous, humbles humains conçus de façon tout à fait naturelle. Une toute petite chose a été modifiée dans leur ADN avant leur naissance pour les rendre plus beaux/plus forts/plus sportifs/plus intelligents, ce qui, pour ceux qui en ont l'âge (la première vague n'atteint qu'à peine les 30 ans pour l'instant, les autres sont des adolescents), les entraîne directement vers des postes importants, des positions de pouvoir. Mais, pour des fausses raisons d'égalité et à cause d'une véritable trouille d'être obsolètes, les "normaux" décident de rétablir l'ordre originel et de créer des lois interdisant aux Ones d'accéder à la plupart des événements d'une vie normale (plus de compétitions de sport, ils sont trop forts, plus d'entrée à l'université, ils sont trop intelligents, etc.). L'établissement de cette ségrégation, cette montée de haine et de peur est très bien décrite et mise en place. Elle renvoie directement à certaines choses qui arrivent tout doucement (mais sûrement) dans notre société bien réelle et donne lieu à une réflexion très intéressante. De plus, le reste de l'univers créé par Daniel Sweren-Becker étant si proche du nôtre rend toute la lecture très prenante.

Hélas, c'est passé ce début original, avec une intégration politique très pertinente, et ces idées passionnantes que ça se complique.

Nous restons malgré tout dans une dystopie classique adolescente et c'est vraiment dommage. Les personnages sont très stéréotypés, avec la jeune fille parfaite, le jeune garçon parfait (bon, il est vrai que leur statut de Ones n'aide pas et rend toute la chose vraisemblable mais tout de même...) et un autre garçon tout aussi parfait physiquement mais particulièrement rebelle. Voilà, vous le sentez venir le triangle amoureux ? Bon, pour la défense de l'auteur, il n'est que suggéré mais il est bien là. Et bon sang ! Changez les codes, quoi ! Je veux bien croire que le cœur de l'adolescent(e) est volage mais enfin, ce cliché est vraiment fatigant.

Le reste de l'intrigue est à l'image du reste du roman, assez classique et j'ai eu du mal à comprendre certaines des réactions de l'héroïne, Cody qui, bien que soi-disant parfaite, est parfois très agaçante et répond clairement au stéréotype de la fille badass, type Katniss. On oublie parfois de s'attacher à elle et de s'inquiéter de son sort, ce qui est quand même dommage, pour une héroïne de roman.


3/5

En Bref
Comme dit en introduction, Titine devient difficile avec les dystopies ado. Il faut pourtant avouer que celle-ci, malgré ses nombreux défauts, m'a finalement bien plu (lever les yeux au ciel fait partie du jeu avec ce genre de lecture), principalement grâce à son originalité de départ et grâce à sa résonance avec notre monde actuel. Il peut donner lieu à une très bonne étude dans un collège ou un lycée, si quelqu'un veut proposer des romans plus récents. Ce n'est pas un coup de cœur mais je lirais la suite sans aucun doute, tant je suis curieuse du sort que notre monde pourrait réserver à ceux qui risquent de piquer "la place des autres" à cause d'une bête différence de naissance, dont ils ne sont en rien responsables. Mais j'espère vraiment que l'auteur saura se renouveler !

lundi 21 novembre 2016

C'est Lundi, Que Lisez-Vous ? #29


Diantre, c'est la tempête aujourd'hui dimanche (oui, je fais mes C'est Lundi, Que Lisez-Vous ? le dimanche, sauf exception), l'un de mes chats est parti en vadrouille, on n'est pas à l'abri qu'un coup de vent l'envoie au pays d'Oz. Mis à part le temps, ce fut une très belle semaine, avec une jolie nouvelle qui fait du bien au moral ! Noël se rapproche tout doucement et je trépigne à l'idée de mettre en place le sapin (j'en ai même rêvé cette nuit, c'est dire). Monsieur Pumpkins travaille tranquillement dans le salon, Stéphane Plaza piaille à la télé et un chat ronfle sur un coussin. Un chouette dimanche en somme. 

Mais aujourd'hui, c'est lundi et le lundi, c'est pas cool alors pour oublier, laissons la parole au C'est Lundi n°29. Comme d'habitude, vous pouvez retrouver l'ensemble des blogs participant au rendez-vous en allant faire un tour sur le blog de Galleane, merci à elle !

Les trois questions du lundi :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?



La Semaine Passée
J'aurais pu reprendre l'image de la semaine dernière (mais je ne l'ai pas fait parce qu'il m'arrive d'être un peu nounouille) tellement j'ai bien suivi mes "engagements", j'ai lu les trois livres que je me suis fixés et je suis en train de lire le quatrième. The Ones fut une agréable lecture mais passé la surprise et l'originalité de la thématique de départ, on reste dans une dystopie young adult assez classique. Je lirais tout de même la suite, si elle ne parait pas dans 10 ans.

Par contre, quelle claque avec Camille, mon envolée !!! Je savais que ce livre allait être fort et dur mais qu'il le soit à ce point et que l'écriture soit si belle... Mazette. Je n'en suis pas encore remise et j'ai bien l'impression que ça va prendre du temps. Je devrais vous faire une chronique si tout va bien mais j'ai peur de ne pas trouver les bons mots, il va vraiment falloir que je prenne le temps de l'écrire.

Et pour l'avant-dernier Camilla Lackberg, une très bonne lecture aussi, bien meilleure que Le Gardien de Phare qui m'avait laissé un petit goût de déception en bouche tellement tout était prévisible. Celui-là m'a tenu en haleine tout le temps. Petit point négatif tout de même, Patrick, le policier et mari d'Erica m'a parfois profondément agacée avec sa manière de vouloir "tenir sa femme" et de lui laisser faire absolument tout avec leurs enfants. Il me semble qu'Erica était l'héroïne à l'origine et que maintenant, elle est passée au second plan avec le rôle peu glorieux de "femme de flic" et "femme fouineuse au foyer", c'est bête... J'espère qu'elle va finir par se rebeller un peu, la cocotte, on l'a connu avec un peu plus de caractère !



Lecture en Cours
Je suis arrivée à peu près à la moitié du tome 3 des Années du Silence et je dois bien avouer que le récit ne me plait pas autant qu'avant, trop de morale, trop de longs discours, trop de non-dits qui sont aisément devinés par les vieilles sages de la famille (aka les mamies), tout le monde se répète, tout le monde sort des phrases qu'il est impossible de dire dans la vraie vie. Bref, j'ai hâte de le terminer pour passer à autre chose (mais j'espère tout de même une belle surprise à la fin !)...



La Semaine Prochaine
Je viens tout juste de découvrir qu'Helen Fielding avait écrit un nouveau Bridget Jones, reprenant l'histoire du film (en oubliant le précédent, j'imagine), j'ai toujours bien aimé la petite Bridget, je suis donc curieuse de voir ce que va donner ce petit dernier. 

Vous vous souvenez de mon amour pour Une Braise sous la Cendre, de Sabaa Tahir ? Le deuxième tome vient de paraître, je trépigne d'impatience à l'idée de le lire. Petit problème : est-ce que ça vaut le coup de relire le tome 1 avant ou pas ? Mes souvenirs sont un peu flous et du coup, j'hésite... Si quelqu'un l'a déjà lu et passe par ici, qu'il n'hésite pas à me dire si l'auteure fait des petits rappels !

Et un petit contemporain pour la fin de semaine avec Petits secrets, grands mensonges, j'avais beaucoup aimé Le Secret du Mari, j'espère que celui-ci serait à la hauteur.



Le Craquage de Slip

Deux petits livres donc, ça faisait longtemps ! Une Flamme dans la nuit et le petit nouveau (mais vraiment petit !) de Gillian Flynn, Nous allons mourir ce soir, qui est en fait une nouvelle de quelques pages. A voir si c'est aussi bien que ses thrillers...


Hier soir, on s'est décidé à la dernière minute et on a couru voir Fantastic Beasts et que dire à part que c'est absolument génial et que j'en suis ressortie toute émerveillé. Ce film a quelques défauts, c'est sûr (comme Johnny Depp par exemple...) mais quel bon moment ! Et je suis définitivement sous le charme d'Eddie Redmayne, qu'il est trop beau et trop mignon et trop parfait et tout et tout et tout. J'ai presque envie d'aller le revoir bientôt, sans le gars qui gloussait et chantonnait tout seul à côté de moi (pas Mary, lui, il est sage).

Sur le blog, vous avez pu lire cette semaine, outre-le C'est Lundi #28, la chronique de Signé A, celle de Sous la même étoile et la dernière étape en date des Petits Pédestres Croustillants avec Druss la Légende.

Et vous, que lisez-vous cette semaine ?

Je vous souhaite une très belle semaine !