samedi 26 mars 2016

"Ne Ramenez Jamais une Fille du Futur chez Vous" de Nathalie Stragier

Syros - janvier 2016
9782748520651

Pourquoi les Daleks et les Doctors Lego ? Franchement, ne cherchez pas, je ne sais pas du tout...
Je ne suis pas fan des titres à rallonge et encore moins quand ils sont conjugués à l'impératif comme celui-ci. En plus, la couverture, même parée d'un magnifique rose bonbon éclatant, est pas hyper jolie (quoique le garçon à droite ressemble à James Franco)(ou c'est juste moi ?)(j'aime bien James Franco). Tout ça pour dire qu'il s'agit encore une fois d'un bouquin de la catégorie "je ne sais pas du tout comment il est arrivé chez moi ce petit bonhomme-là" mais ce fut ici une chouette rencontre !

L'histoire se déroule en 2019, futur proche et en tout point semblable à ce que l'on connait, nous suivons Andrea, jeune lycéenne "normale" qui vit entourée de mâles, père et frères, suite à la disparation mystérieuse et dramatique de sa maman. Plusieurs fois, aux abords de son lycée, Andrea remarque un groupe de jeunes filles au comportement et à la tenue très atypiques et étranges. Jusqu'au jour où, boum c'est le drame, Andrea tombe nez à nez avec l'une de ces fameuses filles, Pénélope, complètement paumée qui lui soutient mordicus venir du futur et avoir perdu sa classe (les voyages scolaires du futur sont quand même vachement plus cool que ceux de mon époque).

Le point central de l'histoire, c'est l'opposition constante entre les deux demoiselles et entre les deux époques qu'elles représentent. Tandis qu'Andrea ne fait que nous recentrer sur ce que l'on connait, Pénélope nous montre un futur possible, pas si lointain, mais très énigmatique (la jeune fille a bien retenu les leçons de Terminator et de Retour Vers le Futur : changer le futur, c'est facile, battement d'un papillon et tout, mais très dangereux, donc motus). Le ton est très décalé, les deux héroïnes s'affrontent et sont souvent consternées par le comportement de l'autre, les péripéties sont nombreuses, un peu loufoques et surréalistes mais je me suis laissée rapidement prendre au jeu.

Mais au-delà du simple roman young adult, drôle et léger, Nathalie Stragier nous présente une véritable critique de notre société actuelle et des rapports hommes/femmes ! Car ça va être ça, le plus gros problème de Pénélope dans notre présent : les hommes, leur façon de se comporter et la manière dont les femmes agissent à cause d'eux. Féminisme bonjour ! Toutefois, nous ne tombons absolument pas dans le plaidoyer femen et le roman va rapidement nous montrer à quel point il est facile de tomber dans l’extrême inverse, que c'est l'égalité qu'il faut souhaiter et pas un basculement de la domination en place. Tout en adressant un beau message, intéressant et nécessaire, le roman réussit ce fameux exercice d'équilibre entre le léger, le drôle et le sérieux, on s'amuse, on réfléchit et surtout, on a hâte de lire la suite !

Le seul reproche que l'on peut peut-être lui faire, c'est la "longueur" de la mise en place : Andrea n'est pas une idiote et a franchement du mal à accepter le fait que sa nouvelle copine vienne de l'année 2187, ce que l'on peut comprendre. La première partie tombe un chouia dans la répétition à base de "mais si", "mais non, impossible", "mais je te jure", "prouve-le", "mince, je ne sais plus qui est Président, je suis nulle en histoire". Voilà. Mais ça passe finalement assez vite et la suite fait oublier ce petit bémol. J'ai tellement apprécié ma lecture, cette histoire originale et ces personnages réalistes et attachants que j'ai poussé un petit cri de joie, en tournant la dernière page, à la vue de l'annonce présentant les deux prochains tomes à paraître dans le courant de l'année (il me semble, ma mémoire me fait défaut...).
4,5/5



Voilà donc un ouvrage qui véhicule un message important, enrobé de blagues bien marrantes, avec un regard sur notre société à la fois tordant et grave. L'écriture est simple mais efficace et c'est donc une vraie belle surprise, un coup de cœur, que je recommande à tous et à toutes !

lundi 21 mars 2016

Tag - Etre avec ses livres


Voilà un petit moment que je n'avais pas fait de tag, je vous avoue que comme je culpabilise déjà pas mal de ne pas chroniquer tous les livres que je lis, je me voyais mal remplacer mes articles habituels (dire qu'à la base, je voulais faire un blog généraliste, difficile d'aller contre sa nature finalement) par ce genre de choses, même si c'est souvent très amusant à faire ! Ce ne sont pourtant pas les nominations qui manquent et j'ai dû en perdre pas mal en route (si vous m'avez tagué et ne voyez la bestiole apparaître, ne me veuillez pas et venez me sonner les cloches pour me le rappeler !). 

J'ai eu envie de faire celui-ci parce que déjà, je m'en souvenais, haha et aussi parce que j'aime bien le principe : se décrire/répondre aux questions en donnant le titre d'un roman lu. Je remercie d'ailleurs Ludo de Prends un Livre et Détends-toi pour sa nomination (qui date du 7 décembre, j'ai vérifié. La honte...) !

Décris-toi : Méfiez-vous des enfants sages de Cécile Coulon chez Viviane Hamy ou chez Points.
Comment te sens-tu ? : Outside Valentine de Liza Ward chez 10/18
Décris là où tu vis actuellement : Quand souffle le vent du Nord de Daniel Glattauer chez Le Livre de Poche.
Si tu pouvais aller n'importe où, où irais-tu ? : La Maison en Petits Cubes de  Kenya Hirata et de Kunio Katô chez Nobi Nobi.


Ton moyen de transport préféré : Zazie dans le métro de Raymond Queneau chez Folio.
Ton ou ta meilleur(e) ami(e) : Et ils s'envoyèrent en l'air d'Elizabeth Maxwell chez Presses de la Cité (pardon, je voulais trouver un truc mignon pour dire que Monsieur Pumpkins était mon meilleur ami et voilà tout ce que je trouve ^^)
Toi et tes amis, vous êtes : Une Famille Aux Petits Oignons de Jean-Philippe Arou-Vignod chez Gallimard Jeunesse.
Comment est le temps : Chien Pourri de Colas Gutman et Marc Boutavant chez L'Ecole des Loisirs.

Ton moment préféré de la journée : Avant d'aller dormir de SJ Watson chez Sonatine ou Pocket.
Qu'est la vie pour toi ? : Demain est un autre jour de Lori Nelson Spielman chez Pocket
Ta peur : L'Oubli de Emma Healey chez Pocket.
Quel est le meilleur conseil que tu as à donner : On est tous faits de molécules de Susin Nielsen chez Hélium.

Pensée du jour : Dysfonctionnelle de Axl Cenders chez Sarbacane.
Comment aimerais-tu mourir : Un Tout Petit Rien de Camille Anseaume chez Pocket.
La condition actuelle de mon âme : (whattt ?) Vertige de Franck Thilliez chez Pocket.


Ce truc n'était pas aussi facile à faire que prévu ! 

Je ne nomine personne mais libre à vous de le faire si vous en avez envie, c'est assez marrant, promis !

vendredi 11 mars 2016

Bilan #7 Février 2016

La flemme internationale de vous sortir un à un tous les livres que j'ai lus ce mois-ci pour les prendre en photo, heureusement, Monsieur Pumpkins est toujours prompt à me remonter le moral en me bidouillant une petite illu géniale. Merci à lui <3

Bon mes amis, l'heure est grave, février fut encore plus pourri que janvier, ce qui explique pourquoi je ne suis pas hyper présente par ici, pas par manque d'envie ou par flemme mais par manque de concentration, je suis en train de me transformer en une girouette bipolaire, passant du rire aux larmes tel un Lucky Luke émotionnel (bon, ok, j'en rajoute un peu pour les besoins de la narration !). Et c'est usant. Voilà. Le seul truc qui trouve grâce à mes yeux (et encore heureux), ce sont les bouquins, ce qui explique encore une fois l'énorme bilan de la mort qui tue que je vous présente aujourd'hui (deux semaines après tout le monde, ET ALORS ? ^^).

*********
Et on commence encore une fois avec le raté du mois :




Sans plus de blabla parce que ça n'en vaut pas franchement la peine : 






Quelques bouquins pas mauvais mais qui ne laisseront donc pas un souvenir impérissable dans ma petite tête. J'ai déjà quasi tout oublié du Valentin Musso, le Miniaturiste m'a ennuyé, Partir a une très mauvaise fin et La Fabrique Pornographique, même si ça se veut drôle, m'a franchement mise mal à l'aise et n'a pas réussi à me convaincre que tout il est presque beau dans l'univers du porno...

*********

Pour la première fois, je peux dire que je préfère une adaptation tv au livre dont elle est issue, autant The 100 version grand spectacle télévisuel à l'américaine m'emballe à fond, autant le bouquin m'a paru vide de péripéties, mais je lirai tout de même la suite, on verra bien. Sunshine m'a bien fait frissonné, une bonne histoire de fantôme comme on les aime (même si ça reste très ado). En attendant Doggo, c'est LE bouquin feel-good, un peu chick-litt mais pas trop qui fait passer un bon moment sans que ça casse trois pattes à un canard (ou à un chien, mon dieu que je suis drôle). Freaks Squeele, une très bonne bd un peu sexiste qui m'a donné mal aux yeux (j'avoue que je ne sais pas trop expliquer le pourquoi du comment de ça), ça reste très agréable et original, je lirai aussi la suite avec plaisir. 

*********

Du très très bon ici : je continue toujours la saga québécoise Un Bonheur Si Fragile avec ici le tome 2 et le tome 3, le tome 4 m'attend bien gentiment mais j'ai peur de quitter les personnages ! (c'est mon péché mignon, les sagas québécoises). La lecture proposée par le club de Mango & Salt m'a conquise (faut dire que je suis dans une période roman où le passé et le présent s'alternent, se mélangent et font des bébés, donc ceci explique cela). Un presque coup de cœur pour Un Goût de Cannelle et d'Espoir, que je lis ENFIN (pardon à la centaine de personnes qui me l'ont conseillé) et c'était vraiment bien !(une chronique devrait normalement venir si j'arrive à me mettre à jour). Pour ce tome 4 d'Outlander, je vais saouler tout le monde en répétant encore à quel point c'est bien, mais c'est tellement parfait que voilà, des aventures abracadabrantes, des personnages hauts en couleur, des indiens d’Amérique, franchement que demande le peuple ? Archer's Voice est une bonne romance pour ceux qui apprécient le genre de temps en temps mais j'ai ici surtout envie de râler contre l'éditeur qui a fait vraiment mal son boulot de relecture et de correction ! Alors oui, je sais que les temps sont durs mais vraiment, ça ne fait pas professionnel toutes ces fautes et ces problèmes de typo, ça donne presque envie de te le pirater le bouquin, non mais ! Et Boulet, comme d'hab (c'est quand même le dixième tome de ses Notes), ça envoie du lourd, c'est drôle et intelligent. Bref, on en redemande (j'adore ce mec, voilà c'est dit).

*********

Quatre coups de cœur bien différents ce mois-ci ! Vous connaissez déjà mon avis pour deux d'entre eux, je ne vais pas recommencer ^^ Et une chronique est aussi prévue (enfin, c'est prévu que je l'écrive, hein...) pour Ne Ramenez Jamais une Fille du Futur chez Vous, qui m'a bien fait rire et qui traite d'un sujet important et grave sans en avoir l'air. Pour Et je danse, aussi, je ne sais pas encore si je vais rédiger un avis, mais sachez que je l'ai dévoré en un après-midi, un dimanche et que c'est vraiment une jolie petite histoire avec des personnages adorables !


BILAN
22 livres dont 3 Bds



*********


Côté Challenge
Challenge des 100 livres : je n'en ai lu aucun ce mois-ci, je suis donc un peu à la traine et reste à 1 livre sur 35...
2016 Reading Challenge de Goodread : j'en suis à 48 livres sur 160 avec 18 livres d'avance sur la prévision. Je continue mon petit bonhomme de chemin, c'est assez rigolo d'avoir un compteur comme ça.
Challenge Livraddict En 2016, je compte mes pages : 9226 pages lues en février, nous en sommes donc à 16902 en deux mois. Je me sers ici un tableur Excel pour répertorier et compter les pages et je dois avouer que ça m'amuse beaucoup sachant que je suis une naze pour tout ce qui concerne les chiffres et que je n'avais jusqu'alors absolument aucune idée de ce que mes lectures pouvaient représenter. Alors, ça ne sert à rien, on est d'accord mais ça m'amuse. Et j'aime bien les tableurs Excel, c'est joli (sisisi).

*********

Côté Films et Séries
Deux films vus au ciné : Dofus Le Film Livre I Julith, pas mal du tout, avec un beau visuel, un univers original et bien présent et de l'humour bien gras et Deadpool, LA grosse marrade du début d'année que Monsieur Pumpkins et moi-même sommes allés voir pour la St Val (on est romantique ou on ne l'est pas !) et, bon dieu de bon dieu, c'est bien drôle, ma brave dame ! En même temps, mettez-moi un héros qui parle tout seul, des belles bagarres, des vannes bien vaseuses et des références à Ikea et on ne me retient plus, c'est comme ça. Par contre, par pitié, il faut le voir en VO !

Et côté séries, le point positif (ou négatif, ça dépend d'où on se place), c'est que je me suis enfin abonnée à Netflix, j'ai donc commencé quelques séries que j'avais la flemme de téléch... d'acheter le dvd/d'attendre la sortie tv en vf et dans le désordre (gros raclement de gorge) comme Bates Motel par exemple qui vaut surtout le détour grâce à ses deux acteurs principaux. A part ça, je passe mon temps à regarder des films d'horreur moisis qui ont le mérite de me faire rire ou de me faire lever mon sourcil spécial perplexité. Tout ça pour dire, cent ans après le reste de la planète (au moins !), que Netflix, c'est trop de la balle ! Voilà.

*********

Que dire de plus ? Je m'étais promis de faire court pour ce bilan qui vient bien trop en retard et j'ai bien l'impression que c'est loupé. Il me reste tout un tas d'articles à écrire, puis à publier, on va essayer de s'y remettre tout doucement, faut pas se laisser abattre ! Paix et amour chez vous, les chatons, ici faut tout froid pas beau et je joue à la gardienne de prison : le chat veut sortir mais le chat a des poils longs qui traînent dans la boue et l'idée de lui donner un bain ne m'emballe pas des masses (et lui non plus mais il ne le sait pas encore).

mercredi 9 mars 2016

"Alive" de Scott Sigler

The Generations - Livre 1
Lumen - février 2016
9782371020696




Bon, on va finir par faire des chroniques vachement courtes à base de : "si vous aimez la dystopie, achetez le petit nouveau de Lumen parce que c'est bien et pis c'est tout", ce sera plus simple. Mais nooooonn, on ne s'en tire pas comme ça et on fait son taf en écrivant un billet plus construit, parce que la triche, c'est moche.

Que donne donc le petit nouveau de Lumen  ? (avec la couverture qu'elle est pas belle. Je suis déçue les mecs...)
Une jeune fille se réveille dans une espèce de cercueil, pensant se trouver dans son lit, le jour de ses douze ans. Péniblement, elle arrive à en sortir et découvre autour d'elle exactement les mêmes boites où dorment encore plusieurs adolescents. Un à un, les vivants sont rassemblés et Em (comme l'initiale qui orne son sarcophage) prend la tête du groupe. Autour d'eux, il n'y a rien d'autre que des murs et des couloirs interminables. Où sont-ils ? Qui sont-ils ? Pourquoi paraissent-ils avoir dix-sept ans qu'ils pensent en avoir douze ? Pourquoi le sol est-il couvert d'ossements ?
Comme tous les petits Lumen qui entrent maintenant chez moi, celui-ci a été dévoré dès la réception mais autant ne pas passer par quatre chemins, ce n'est pas une déception mais ce n'est clairement pas leur meilleur. C'est un premier tome (sur trois ?) et la mise en place est assez longue. Les personnages et leur personnalité sont plutôt approfondis mais on a du mal à s'y attacher, leur comportement parait peu crédible et très très enfantins, ce qui colle tout de même avec leur douze ans d'âge mental (au sens propre). Ils sont aussi un petit trop nombreux, ce qui rend les interactions peu faciles et l'attachement quasi nul. J'ai beaucoup de mal à savoir ce que je pense véritablement du personnage principal, Em. C'est une battante, une leader qui prend le contrôle du groupe quasi instantanément mais elle passe son temps à flipper qu'on remette en question son autorité et à répéter à tout va (et constamment dans sa tête) qu'elle est la chef, c'est moi qui commande, et pourquoi il ne m'a pas demandé mon autorisation avant de faire ça ? C’était parfois très pénible et j'ai eu envie de lui remettre les idées en place plusieurs fois (une bonne claque, ça réveille) en rappelant à la demoiselle qu'il ne suffit pas de se désigner leader, faut-il encore faire ses preuves.

Mais mis à part ces quelques défauts, ce fut tout de même une très bonne lecture, du genre de celle que vous ne pouvez pas lâcher, tant le mystère qui entoure ces douze ados est palpable et va crescendo. Plus l'intrigue avance, moins j'ai eu l'impression qu'on allait avoir des réponses à nos questions (les différents cercles sur le front des personnages par exemple, cf. la couv), on sent vraiment qu'il s'agit d'un tome de présentation de l'univers et c'est parfois un peu frustrant. Toutefois, vous aurez tout de même quelques révélations fracassantes (même si je ne suis pas sûre d'avoir tout compris...) et l'envie de lire la suite est bien là ! 

L'angoisse monte au fur et à mesure de leur progression dans ce labyrinthe et les descriptions de certaines scènes font plutôt froid dans le dos. Je n'ai par contre pas vraiment saisi l’intérêt d'une ébauche de "romance" et, protégez-moi Dieu de la littérature, mais ça pue le triangle amoureux, le truc qui est souvent mal traité et qui me saoule presque à chaque fois.
3.5/5

Je me relis et j'ai l'impression d'être un peu rude avec ce roman que j'ai tout de même dévoré avec le même plaisir que les autres, je lui ai juste trouvé quelques défauts absents des autres parutions de Lumen mais finalement assez récurrents dans le genre dystopique. C'est une bonne lecture qui fait son taf et j'ai bon espoir, la suite sera encore mieux, avec tout un tas de révélations (et quelqu'un qui remet notre amie Em à sa place, s'il vous plait, merci). A mon avis que Scott Sigler en a encore sous le capot !