mercredi 25 mai 2016

"Space Boulettes" de Craig Thompson

Casterman - Mars 2016
9782203099913

Ce regard vitreux du chat que l'on réveille juste pour une photo.
Il est rare (il me semble même que c'est une première) que je parle d'une bd dans un post unique (vous commencez à connaître mes Points BD, il me semble) mais je ne pouvais pas laisser cette petite merveille colorée passer à la trappe au milieu d'autres titres... J'imagine que Craig Thompson n'est pas un inconnu pour certains d'entre vous, cet auteur américain a pour habitude de produire de magnifiques romans graphiques, en noir et blanc, bourrés de sensibilité et d'émotion, j'ai donc eu du mal à reconnaître le travail du bonhomme en croisant cette couverture vive sur les tables de mon libraire spé bd... Toutefois, mon œil non aguerri a été instantanément séduit par le bleu, le violet et l'orange des cheveux des trois personnages et je suis vite repartie (avant de tomber sur d'autres albums), ravie.

De quoi ça parle
Pour Violette, la famille est ce qu’il y a de plus précieux dans toute la galaxie. Alors le jour où son père disparaît au cours d’une mission dangereuse, hors de question d’attendre sagement son retour : oubliant toute prudence, elle se lance à sa recherche, accompagnée d’une bande d’amis un peu "spatiaux"... Mais l’espace est vaste et dangereux, et Violette va vite découvrir que son père est dans une situation TRÈS périlleuse, sa vie ne tenant qu’à un fil !! Dès lors, rien n’arrêtera Violette dans sa quête pour le tirer d’affaire et sauver sa famille.

(et la petite vidéo promo qui va bien pour se rendre compte du dessin)




Et ça donne quoi
Commencer Space Boulettes, c'est accepter de partir en voyage dans l'espace, là où les baleines sévissent à grands coups d'étrons vachement utiles comme carburant. Nous rencontrons tout de suite Violette, notre petite héroïne et sa famille tout aussi sympathique avant que celle-ci soit brusquement éclatée et mise en danger. Le sang de la petite fille ne fait qu'un tour et elle décide de partir à la recherche de son paternel disparu, accompagnée, comme il se doit, d'une belle équipe de bras cassés... Le point de départ de l'histoire est assez classique lorsque l'on connaît un peu la littérature de jeunesse "classique" : un enfant qui part à la rescousse de l'adulte qui est censé le protéger mais Craig Thompson arrive à caser plusieurs niveaux de lecture dans son roman graphique et l'adulte chiant à l'intérieur de nous (ne niez pas, je vous VOIS) y trouve largement son compte.

L'humour y est très présent, avec des personnages complément loufoques que La Cantina de Mos Esley ne renierait pas (petit bisou d'amour au poulet Elliot et au gros blop rose Gwumpky) et une petite pincée (grosse pincée) de scatologie qui va bien, c'est simple, on se marre tout du long, même si le récit n'est pas sans avoir une dimension plus sombre avec des épisodes où l'on s’inquiète vraiment pour tout ce petit monde.

Au niveau des planches, c'est difficile de faire plus beau et plus agréable avec autant de couleurs hyper vives et franches, j'ai été estomaqué à chaque page que je tournais, tout bonnement génial ! Les romans graphiques que je lis habituellement sont plutôt pauvres en couleur et le choc que ça m'a fait est presque indescriptible. Quelques photos valent mieux qu'un long discours :

Au-delà de l'humour et de la beauté des couleurs se cache un véritable message écologique et une ode à la protection de l'environnement que je vous laisse découvrir par vous-même, sinon ça gâche tout le plaisir...

4/5
Le titre original parle de Space
DUMPLINS, moi qui adore
ça, je les regarde d'un œil nouveau ^^

En bref
Une bd détente mais pas que, un superbe roman graphique qui nécessiterait sans doute une relecture pour capter toutes les petites blagues cachées dans chaque case. D'ailleurs, on salue le travail de l'éditeur qui a rajouté un cahier expliquant tout le travail de traduction et les choix qui ont été nécessaires. C'est quelque chose qui est relativement rare et que je salue toujours ! Couuuuup de cœur !!!

lundi 23 mai 2016

C'est Lundi, Que Lisez-Vous ? #7

© Mary Pumpkins
Yop tout le monde ! J'espère que ce nouveau C'est Lundi, Que Lisez-Vous ? vous trouve avec le poil doux et brillant et la truffe au vent mais à l'abri de la pluie (parce que là, il fait sérieusement moche)(et là, vous vous dîtes : "la pauvre n'a vraiment rien à dire si elle se met à blablater sur le temps qu'il fait)(pour éviter de parler du temps qui passe...). BREF ! Comme d'hab, vous pouvez retrouver le récap des liens sur le blog de Galleane.

Les trois petites questions du lundi :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?


La Semaine Passée
Comme prévu, j'ai lu (et apprécié) Le Gardien de Phare, le nouveau poche de Camilla Läckberg, même si j'ai deviné la fin bien avant qu'elle arrive. (De toute façon, vous allez le voir, la prévisibilité des dénouements est le mot d'ordre de la semaine passée). Everything Everything, en plus d'avoir une superbe couverture, fut une très agréable lecture, avec une "surprise" malheureusement un peu évidente mais qui ne gâche en rien le fil de la lecture ! Je pense en faire la chronique bientôt, j'ai pris un peu de retard à nouveau, ahem... Excellente lecture BD avec Trashed, la petite dernière de Derf Backderf, l'auteur de Mon Ami Dahmer, la description d'un milieu que l'on ne connaît pas (ou très peu) est vraiment passionnante, quoique peu ragoûtante... J'ai lu mon premier Kate Morton, que beaucoup m'ont vanté, avec La Scène des Souvenirs et même j'ai passé un bon moment, je regrette la conclusion peu surprenante... Je ne lâche pas l'affaire et j'en lirai d'autres avec plaisir !
Une déception cette semaine, avec l'abandon du Livre d'Or de Deborah Copaken Kogan. Pourtant, tout dans cette histoire me parlait et j'étais pressée de le commencer mais une fois lancée, impossible de rentrer dans le récit, de s'attacher aux personnages et d'attendre de découvrir ce qu'il allait leur arriver. J'ai tenu jusqu'à la page 155 environ pour ensuite le laisser tomber lâchement. J'espère retenter l'aventure un jour mais si je dois être honnête avec vous et avec moi-même, je ne pense vraiment pas que ce sera le cas. Dommage.


Currently Reading, là tout de suite
Un petit nouveau Sonatine avec Tout n'est pas perdu de Wendy Walker qui n'a pas fait long feu dans la pal étant donné que je l'ai acheté la semaine dernière. Je ne peux pas vous en dire beaucoup maintenant, je n'ai lu qu'une dizaine de pages mais la thématique très axée autour de la psychologie et de la mémoire me plaît beaucoup pour l'instant !


La Semaine Prochaine
La semaine prochaine va être un peu particulière puisque je pars en vadrouille quelques jours, je vais bien entendu emporter beaucoup plus que trois livres, ne serait-ce que pour le voyage en voiture (parce que oui, c'est mon super pouvoir, je peux lire en voiture sans problème malvenu de nausées et vomissements), voici déjà une présélection avec le laissé pour compte de la semaine dernière, Morwenna, le premier tome de Ma Raison de Vivre dont je ne sais pas quoi penser et qu'il me tarde de découvrir et un petit thriller, Am Stram Gram, dont j'ai entendu beaucoup de bien !


Le Craquage de Slip

Petit craquage cette semaine (et j'ai envie de dire HEUREUSEMENT !) avec une sortie que j'attendais avec impatience, L’Été avant la Guerre, le nouveau roman d'Helen Simonson dont j'avais adoré La Dernière Conquête du Major Pettigrew. Et une nouveauté Pocket Jeunesse, Au Bout du Tunnel, que j'ai étonnement déniché en occasion chez Oxfam... Un service de presse qui n'a pas plu peut-être ? Bizarre mais tant mieux pour moi !

Côté blog, je viens de capter que, ça y est, la page Facebook avait atteint les 200 like tant attendus ! Je vais essayer de vous mitonner un joli petit concours (on va se creuser la tête, promis) pour après mon retour. J'espère trouver quelque chose qui va plaire au plus grand nombre, j'ai envie de vous faire plaisir mais ce truc m'angoisse un peu, je l'avoue (tarée inside)(et outside aussi d'ailleurs).

La deuxième édition du Club de Lecture du Petit Pingouin Vert est en actuellement en cours de votage (comment ça, ce mot n'existe pas ?!), n'hésitez pas à venir nous faire un petit coucou, on est gentil tout plein !

Vous avez pu lire cette semaine la chronique du génial I.R.L. et du romantiquement musical Maybe Someday, sans oublier un tag (ça faisait longtemps !), celui des Choix Impossibles !


Et vous, que lisez-vous aujourd'hui ?

Bonne semaine de lecture à vous tous, 
je vous bisouille affectueusement.

C'est Lundi #1 - C'est Lundi #2
C'est Lundi #3 - C'est Lundi #4
C'est Lundi #5 - C'est Lundi #6

dimanche 22 mai 2016

Tag - Les Choix Impossibles

Sur Twitter, la community manager de Pocket Jeunesse, sobrement surnommée Madame Pocket Jeunesse lance souvent des tags plutôt sympathiques, repris un peu partout sur la blogosphère. Je les laisse souvent passer, en grande flemmarde que je suis, mais cette fois-ci, impossible d'y couper puisque j'ai été directement nominée par notre ami Ludo, du blog Prends Un Livre et Détends-toi. Et c'était aussi doublement impossible puisque ce tag reprend un schéma bien connu de blagues : le dilemme impossible (du style : "tu préfères manger les crottes de nez de ton voisin ou essuyer les fesses de Gérard Depardieu à chaque crise de gastro"), je sens qu'on va se marrer !

Let's Go Mario !

1. Votre livre préféré n’existe pas OU vous n’avez pas de coup de cœur pendant 3 ans.

Facile, mon livre préféré n'existe pas, j'en aurai bien eu un autre entre temps !

2. Conseiller un livre OU se faire conseiller un livre.

On va dire conseiller, c'est assez gratifiant quand quelqu'un revient vous dire qu'il ou elle a adoré ce fameux bouquin dont vous lui avez parlé.

3. Hunger Games OU Le labyrinthe.

Hunger Games, sans hésiter. Je n'ai pas spécialement accroché au Labyrinthe, le tome 1 n'est pas mauvais mais la suite laisse vraiment à désirer et j'ai déjà tout oublié. 

4. Corner une page de son livre OU casser le dos.

Les deux ne me dérangent pas, ça fait longtemps que je ne considère plus les livres comme des objets sacrés (même si je déteste qu'on abîme les miens lorsque je les prête mais là, il s'agit plus de respect, ce que beaucoup de personnes n'ont pas). A choisir, je vais prendre "casser le dos", j'aime bien lire confortablement et parfois, avec certains livres, on est vraiment obligé d'en passer par là pour pouvoir l'ouvrir correctement.

5. Un cliffhanger à la fin d’un premier tome et ne pas pouvoir lire le T2 avant 1 an OU un livre avec une fin ouverte qui n’aura jamais de suite.

Je suis tout à fait du genre à attendre un an ou plus pour avoir la suite d'un bouquin que j'ai adoré, avec un cliffhanger de malade, j'attendrai donc ! Et j'aime pas les fins ouvertes, ça me laisse toujours une impression d'inachevé, ça me déprime.

6. Un roman adapté en film/série OU un roman non adapté.

M'en fiche, un roman non adapté plutôt, je me méfie des adaptations, souvent c'est pas terrible !

7. Un livre génial avec une couverture moche OU un livre passable avec une couverture géniale.

Un livre génial avec une couverture moche, quelle question ! J'adore une belle couverture mais ce n'est tout de même pas elle qui va me faire passer un bon moment. 

8. Se faire spoiler un livre OU ne jamais avoir la suite.

Les spoilers m'énervent mais ne me dérangent pas plus que ça au final si j'ai vraiment envie de découvrir le bouquin (ou le film/la série d'ailleurs), je suis capable "d'oublier" et d'arriver à me faire surprendre quand même, l'important, c'est le voyage, pas la destination !

9. Ne jamais pouvoir parler d’un super livre OU ne lire que des livres nuls pendant 2 mois.

Je resterais muette sur un super livre, égoïstement, lire que des livres nuls pendant deux mois alors que c'est mon loisir n°1, c'est trop violent. J'en suis vraiment navrée :p

10. Rencontrer un auteur que vous aimez pour qu’il vous parle de son prochain livre OU pouvoir lire ce prochain livre un an avant tout le monde, sans rencontrer l’auteur.

Rencontrer l'auteur sans doute, même si c'est pas spécialement quelque chose qui me met hyper à l'aise. Si c'est Stephen King ou JK Rowling alors. Sinon, je prends le bouquin ^^

11. Faire une photo avec un auteur OU se faire dédicacer un livre par cet auteur.

Je n'aime pas vraiment voir ma tronche en photo alors on va choisir la dédicace. En plus, c'est toujours sympa de retomber dessus en feuilletant les bouquins de sa bibliothèque !

12. Lire une série géniale d’une traite sans plus jamais y avoir accès après OU attendre 2 ans entre chaque tome de cette série.

Comme je l'ai dit plus tôt, attendre deux ans ne me dérange pas, je l'ai déjà fait donc voilà !

13. Un livre triste OU un livre qui fait peur.

Un vrai livre qui fait VRAIMENT peur, c'est vachement rare ! Alors, sans hésitation, on prend ça, j'adore qu'on soit capable de me faire flipper et j'attends de voir ce que ça donne.

14. Un livre avec un prologue OU un livre avec un épilogue.

Je disais aussi au-dessus que je n'aimais pas le sentiment d'inachevé, on va donc sans surprise partir sur l'épilogue !

15. Ne pas pouvoir acheter de livres pendant 6 mois OU avoir une panne de lecture de 6 mois.

Haha, ça c'est un dilemme, six mois, c'est énorme mais acheter des bouquins, c'est une sorte de thérapie pour moi et j'aime ça presque autant que les lire. Argh. Je vais quand même partir sur zéro achat pendant six mois, je devrais avoir de quoi tenir parce que si je ne lis plus, je fais QUOI de moi-même ??!! ;) Au pire, je me rassure en mettant l'argent de côté et en craquant le slip sévère six mois plus tard. Et je rachète aussi une bibliothèque !





Ouf ! Ce n'est pas si dur finalement ! :p

N'hésitez pas à le reprendre si vous le souhaitez ! Je vous tague tous par contumace ;)

vendredi 20 mai 2016

"Maybe Someday" de Colleen Hoover

Hugo Roman - mai 2015
9782755618426




Vous devez commencer à me connaître, je ne crache jamais sur une petite chick-litt ou sur une petite romance de temps en temps. Après des histoires où tout le monde meurt dans d'atroces souffrances, ça fait comme un bisou "guérit tout" : on sait que ça va continuer à être la merde mais ça soulage un petit peu quand même. C'est tout à fait dans cette optique-là que je me suis lancée dans ce deuxième roman de Colleen Hoover (deuxième pour moi, premier à paraître). C'était clairement une bonne idée, j'ai passé un excellent moment.

De quoi ça parle (attention, résumé nul de l'éditeur):
À 22 ans, Sydney a tout pour être heureuse : des études passionnantes, le mec parfait, Hunter, et un superbe appartement en coloc avec sa meilleure amie Tori. Jusqu'au jour où elle apprend que ces deux êtres qui lui sont le plus chers lui cachent un secret impardonnable... Sydney décide alors de tout plaquer. Elle se rapproche de plus en plus de Ridge, son mystérieux voisin. Elle vibre lorsqu'il lui joue ses magnifiques mélodies à la guitare sur son balcon. Mais chacun a ses secrets, et Sydney va découvrir ceux de Ridge à ses dépens. Ensemble, ils vont comprendre que les sentiments qu'ils partagent ne leur laissent pas le choix dans leurs décisions.

Et ça donne quoi ?
Alors d'abord, on va critiquer un peu, je me sens toujours mieux après avoir râlé, ça soulage (bisou guéri-tout, etc...). Franchement, Hugo Roman, qu'est-ce que c'est que cette quatrième de couverture de crotte ? Si une amie ne m'avait pas vanté les qualités de ce bouquin (et si je ne connaissais pas déjà la plume de l'autrice), rien ne m'aurait fait m'arrêter sur le résumé et même, si ça avait été le cas, j'aurais été bien déçu puisque rien, je dis bien RIEN, ne passe comme c'est décrit là-dedans. Ballot.
Voilà un résumé correct (De quoi ça parle bis) : Depuis quelques semaines, Sydney écoute son voisin d'en face jouer de la guitare, elle apprécie et ils en viennent à s'échanger de sages sms sur les paroles des chansons que le jeune homme compose. Le soir de son anniversaire, Sydney apprend que son petit ami, Hunter, la trompe avec sa meilleure amie et colocataire, Tori. Éberluée, déçue et en larmes, elle se réfugie chez ledit voisin, Ridge, en colocation lui-aussi. Les deux jeunes gens sont petits à petits se rapprocher via la musique. Problème : Ridge a une petite amie qu'il aime énormément.
La marque de fabrique de Colleen Hoover semble être les histoires d'amour contrariées, soit par le passé d'un des personnages, soit par des éléments extérieurs divers et variés (Roméo et Juliette power). Alors oui, c'est un brin gnangna et cro meugnon mais vraiment, c'est drôlement chouette. Les personnages sont attachants et réalistes, beaux à se damner et tous plus talentueux les uns que les autres (ils ne sont pas forcément riches d'ailleurs mais ne semblent pas non plus dans le besoin, coucou notre ami Christian Grey). Ridge, en particulier, est l'exemple type du mec bien qu'on veut toute lorsqu'on arrête de se mentir à nous-mêmes en souhaitant le bad boy qui va nous pourrir la vie : il est beau, gentil, sensible, honnête, fidèle, qui ne veut pas tromper sa copine, et il PLEURE, si si. Et ça, moi, c'est un truc qui me retourne toujours.

La relation qui s'installe entre lui et Sydney est totalement platonique (pas de scènes pseudo-érotiques au langage très cru comme dans Archer's Voice, que j'ai beaucoup apprécié, ce détail mis de côté) et très poétique, tous les deux savent que rien ne peut se passer entre eux mais les sentiments sont là malgré tout et la façon dont ils transparaissent est très bien travaillée et donc bien rendue. Et pour une fois qu'un triangle amoureux est bien fichu, il faut le souligner ! Maggie, la petite amie de Ridge, est à la fois très absente (ils ne vivent pas ensemble) et très présente dans les pensées de nos deux personnages principaux. Ce qui fait que, même si on ne peut s'empêcher de soutenir la relation entre Sydney et Ridge, on a peur pour Maggie, peur de ce que ça va signifier pour elle (ce n'est pas une immonde peste comme c'est souvent le cas dans ce genre de roman, ce qui permet aux héros de justifier leur trahison).

Le deuxième point que j'ai énormément apprécié dans ce bouquin, c'est la place que prend la musique. Ridge est guitariste et est en panne d'inspiration lorsqu'il rencontre Sydney, celle-ci devient alors rapidement sa parolière. Et si les sensations créées par la musique sont magnifiquement retranscrites par l'autrice, la beauté du livre réside dans les chansons qui l'accompagnent. En effet, pendant votre lecture, vous pouvez (ce n'est pas une obligation, la lecture se passe aussi très bien sans) retrouver les chansons sur YouTube (ou d'autres moyens moins légaux) et rentrer encore plus dans l'histoire. Soyons honnête, la musique est jolie tout plein, de la folk bien mignonnette, c'est hyper agréable mais ça ne casse pas non plus trois pattes à un canard. Toutefois, dans le feu de l'action (de la lecture), ça a le chic pour vous coller les poils.

4,5/5

En bref :
Une très belle lecture avec une très jolie histoire d'amour. L'écriture de l'autrice a réussi à me transporter et j'ai clairement préféré celui-ci à Ugly Love puisque c'est un coup de cœur ! L'ouvrage cache aussi quelques surprises très agréables que je n'ai pas envie de vous gâcher ici. Si vous avez envie d'une jolie lecture détente sans avoir peur de vous mettre à rougir dans les transports en commun à la énième mention de la beauté d'un sexe masculin, il sera parfait !


mercredi 18 mai 2016

"I.R.L." d'Agnès Marot

Gulf Stream - Avril 2016
9782354884154

A mon grand désarroi, et malgré la beauté réelle de ce bouquin, j'ai galéré à prendre une photo potable. Comme quoi, on peut être beau mais peu photogénique. Ou alors, je ne suis vraiment pas douée, c'est aussi une possibilité. Ou une évidence.
Une chose à savoir, que j'aurais pu mettre dans des tags d'ailleurs (ce genre d'information ne me revient jamais quand il faut), le jeu Les Sims, le tout premier, fut le premier jeu que je me suis payée avec mes propres sous (349 francs pour tout vous dire) et je lui ai voué une passion exclusive pendant un bon moment, je ne me suis jamais autant amusée avec les suivants, comme quoi il ne faut jamais essayer de regoûter à sa bonne vieille madeleine de Proust. Lorsque j'ai vu le résumé de I.R.L., je n'ai pas pu empêcher tous les souvenirs de remonter... Sauf que maintenant, quand je repense à toutes mes petites familles qu'il fallait emmener aux toilettes avant qu'un drame arrive, j'en ai presque des frissons !

De quoi ça parle
Chloé Blanche a grandi à Life City. Comme tous ses habitants, elle ignore qu'ils sont filmés en permanence. Elle ignore qu'ils sont un divertissement pour des milliers et des milliers de foyers. Elle ignore qu'ils sont les personnages de Play Your Life, l'émission qui fait fureur hors de Life City, IRL. Elle ignore surtout à quel point ils sont manipulés. Lorsqu'elle rencontre Hilmi, le nouveau à la peau caramel, elle tombe immédiatement amoureuse. Mais ceux qui tirent les ficelles ne le lui destinent pas. C'est ainsi qu'elle découvre la nature de tous ceux qui vivent à Life City : les personnages d'un immense jeu vidéo.

Et ça donne quoi
En 2088 (un futur pas si lointain donc), Chloé découvre grâce à un mystérieux protecteur qu'elle vit entourée de caméras depuis toujours et qu'elle ressent souvent des émotions qui vont à l'encontre de ce qu'elle est ou qu'elle agit d'une façon qui ne lui ressemble pas. Et lorsqu'elle est rejetée par le garçon qui lui plaît (et qui semblait vraiment à fond aussi), elle comprend que quelque chose ne tourne vraiment pas rond, que tout ce petit monde est manipulé par d'autres, à l'extérieur (In Real Life...). Nous sommes donc dans un roman d'anticipation avec une idée de départ qui rappelle pas mal The Truman Show (l'un des meilleurs films du monde d'ailleurs) mais loin de bêtement tout reprendre, l'autrice réussit le tour de force d'aller plus loin. En citant elle-même le film (et tout un tas d'autres références culturelles et geeks), elle ancre définitivement son histoire dans notre réalité, dans notre futur, et dans ce que pourrait devenir la télé-réalité, où chacun peut voter pour le destin d'un ou plusieurs candidats que certains ont du mal à voir comme de véritables êtres humains (ça doit être la chirurgie esthétique aussi...). Cette critique est parfaitement rendue et s'étend aussi à la réalité "hors-jeu"/"hors-caméra", on pourrait sans problème la transposer à notre époque et à notre mode de vie ultra-connectée via le smartphone et les réseaux sociaux (et moi la première...).

Chloé est un personnage très intéressant, d'abord totalement déboussolé (et on la comprend : "salut, je t'ai déjà vu faire popo à ton insu !"), elle en vient vite à éprouver de la colère contre le public qui la regarde et la dirige malgré elle. Sa rébellion monte progressivement et ses actes trouvent toujours une justification possible, elle ne se laisse pas faire et on l'apprécie vraiment pour ça. Les autres personnages sont tous très intéressants même si j'avoue avoir eu quelques moments d'agacements envers Hilmi, l'intérêt amoureux de notre héroïne qui est fort passif. Mais en même temps, avoir un garçon dans le rôle de la princesse à sauver, voilà qui est fort rafraîchissant (même si je ne sais toujours pas ce qu'elle lui trouve ^^) ! Nous avons ici une sorte de triangle amoureux mais (je ne veux spoiler personne, attention), ça passe tout seul car Chloé possède une cervelle en état de marche (rafraîchissant x2 !).

Pour ce qui est de la construction de la narration, elle peut paraître un petit peu difficile au premier abord (nous basculons entre des chapitres In Game et In Real Life et dans le temps, entre 2088 et 2089) mais tout se met très rapidement en place. Découvrir ce qui relie les deux épisodes, à une année d'intervalle, devient vite une priorité et l'intrigue s’accélère et évolue de plus en plus vite à mesure que les pages se tournent.

4,5/5
A mesure que le temps
passe, Broco se demande s'il
n'est pas uniquement composé
de coups de crayon numérique...

En bref
J'ai vraiment adoré I.R.L, que ce soit à cause de ses personnages creusés ou de ses nombreux rebondissements mais surtout à cause de sa critique virulente de certains aspects de notre société actuelle. C'est une belle mise en garde, passionnante et bien écrite, bourrée de référence à une culture que j'aime (Truman Show, comme dit précédemment, Frankenstein, Queen, Matrix, etc.) et qui est, en plus, explicitée dans une annexe finale. Un coup de cœur d'autant plus rare et précieux que je me rends compte de plus en plus que la science-fiction n'est décidément pas mon genre de prédilection. Je découvre Agnès Marot avec ce roman et il est inutile de dire que je vais maintenant me renseigner sur ses autres parutions ! 

lundi 16 mai 2016

C'est Lundi, Que Lisez-vous ? #6

© Mary Pumpkins
Cette semaine, on m'a fait remarquer que Brocoli, ça marchait bien comme nom de blog parce ça fait "Broco Lit". Croyez-le ou non, je n'avais jamais capté. Ça a totalement bouleversé mon monde, je ne m'en remets pas. Incroyable, ma bonne dame, incroyable. Bref, c'est une nouvelle fois lundi (c'est assez récurrent comme jour malheureusement) et boum, surprise ! Qu'est-ce qui nous tombe sur le coin de la figure ? Le C'est Lundi, Que Lisez-Vous ! Vous pouvez retrouver l'ensemble des liens sur le blog de Galleane.

Les trois questions du lundi :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?


La semaine Passée
J'ai passé la semaine en compagnie de Claire et Jamie, comme prévu. Faut dire que 1533 pages, même pour moi qui lis vite, il faut un certain temps pour tout avaler. Un tome à la hauteur de la saga en général, avec quelques longueurs au début mais beaucoup de rebondissements (et de craintes pour la vie de certains) au milieu et à la fin. Et comme d'hab, j'ai envie de continuer direct avec la suite mais je vais encore laisser passer un mois ou deux, surtout que le tome 6 pèse aussi son poids (1500 pages encore) et que ça me frustre à mort de ne pas pouvoir me balader partout avec mon bouquin sous peine de me reflinguer le dos. Je leur ai tout de même fait une petite infidélité en lisant Trésor d'Alecia McKenzie dès la réception (j'avais promis et je tiens toujours parole ^^) et je ne l'ai pas regretté un seul instant. Vous avez d'ailleurs pu lire ma chronique à ce sujet vendredi !


Currently Reading, là tout de suite
Je n'ai absolument pas suivi le programme prévu, mauvaise élève que je suis. Cela dit, je m'en doutais un peu, j'attendais la parution du nouveau Camilla Läckberg depuis un bon moment. Enfin celui en poche par contre. Alors que j'ai une nette préférence pour les grands formats (au grand dam de mon porte-monnaie et de ma bibliothèque), c'est une série que j'ai commencée en poche et je tiens beaucoup à garder une continuité sur la jolie étagère consacrée à l'édition Babel. Pour l'instant, tout va bien entre lui et moi, on se plaît bien mais on attend de voir la suite avant de se prononcer !


La Semaine Prochaine
Bon, rien de nouveau sous le soleil, on prend les mêmes et on recommence. Morwenna fait son entrée, cela dit. Plus je le vois dans ma pal, plus il m'attire ce petit coco, il a envoyé balader Zodiaque, si c'est pas malheureux !


Le Craquage de Slip


Ça fait un moment que cette catégorie n'avait pas aussi bien porté son nom... Trop de belles sorties dernièrement et une toute petite baisse de moral, que voulez-vous, j'ai complètement perdu la tête mais je m'en fiche, je ne regrette rien (non rien de rien) ^^. En même temps, Sonatine et Lumen, j'ai des excuses. Le Agnès Marot, c'est parce que I.R.L., c'était trop bien. Pareil pour le tome 2 des Années du Silence (de toute façon, les tomes 2, ça ne compte jamais)(c'est comme les poches, ça ne compte pas). Voilà. Ma confession est maintenant terminée.

Une belle réception aussi cette semaine, avec la bd Comme Convenu de Laurel en auto-édition et en crowdfunding !


Je suis trop in love de ce bouquin magnifique. On sent bien le boulot et la passion de Laurel derrière tout ça et ça fait vraiment plaisir à voir. Je ferais sans doute une chronique un jour, même si on trouve l'intégralité de l'histoire en ligne gratos, ça me tient à cœur et pis je fais ce que je veux (avec mes cheveux)(ce qui est faux d'ailleurs, ce sont mes cheveux qui font absolument ce qu'ils veulent de moi)(mais je digresse, désolée).


Petite réception des éditions Ankama (merci !), le tome 1 de GenPet de Damian et Alex Fuentes à paraître le 27 mai pour la bagatelle de 10€ en prix de lancement, chronique à venir..

Côté blog, vous avez pu lire cette semaine un Point BD avec une illu qu'elle est trop belle (en toute objectivité bien sûr) et une chronique coup de cœur !

Et vous, que lisez-vous aujourd'hui ?

Bonne semaine de lecture à vous tous, 
je vous bisouille affectueusement.


vendredi 13 mai 2016

"Trésor" d'Alecia McKenzie

Éditions Envolume - Mai 2016
9782371140394


Un grand merci à Aude et aux éditions Envolume, je ne me serais sans doute pas arrêtée sur ce magnifique roman par moi-même et quel dommage ça aurait été ! Comme quoi, parfois, je suis un peu bête et j'oublie que des petites pépites peuvent se cacher partout. Celle-ci m'a charmée dès sa réception, juste pour la douceur et la légère couleur irisée de sa couverture, les premières phrases ont achevé de me convaincre et j'en ai même laissé tomber pour un temps, Jamie, Claire et les 1500 pages de mon Outlander en cours pour me plonger avec délice dans les mots d'Alecia McKenzie.

De quoi ça parle
Téméraire, butée, rebelle. Dulcinea Evers, jeune peintre coqueluche de New York, vient de s'éteindre. Mais qui était-elle vraiment ? Au lendemain de ses funérailles jamaïcaines, c'est sa meilleure amie Cheryl qui est chargée de rapporter la moitié de ses cendres aux États-Unis. Détient-elle la clef de son histoire ? Tour à tour, ceux qui ont traversé la vie de Dulci s'adressent à elle pour dessiner en creux le portrait d'une femme flamboyante... Et résolument libre.

Et ça donne quoi
L'originalité de ce roman tient du fait que le personnage principal, Dulci, celle que nous allons suivre et découvrir pendant 180 pages, est déjà mort au moment où nous rentrons dans le récit. Mais pourtant, Dulci va prendre vie petit à petit sous nos yeux et ceux qui l'ont connue, ses proches, sa famille, ses amis, vont nous livrer chacun leur vision de la jeune femme qui nous apparaît alors dans toute sa splendeur, tous ses défauts et toute sa joie de vivre.

C'est un magnifique roman choral superbement écrit, qui nous emmène loin, en nous faisant découvrir non seulement une femme profondément libre et indépendante mais aussi toutes les relations qui peuvent lier les êtres humains entre eux : l'amour, l'amitié, la jalousie, la haine, etc. Loin de tourner uniquement autour de Dulci, le roman nous entraîne dans tout un tas de secrets de famille que l'on découvre avec plaisir tout au long de la lecture et des différentes voix. Et, au fur et à mesure, le puzzle se construit, l'histoire commune de tout ce petit monde se met en place et nous commençons à y voir beaucoup plus clair dans tout ce qui les lie.

C'est là la véritable force de ce roman : la mort de Dulci n'est presque qu'un prétexte pour tous nos personnages de s'interroger sur leur vie, sur le pourquoi et sur le comment ils en sont arrivés là. J'ai souvent eu une sensation d'être devant la confession du personnage-narrateur, Dulci reprenant alors le rôle du prêtre, de celui qui ne peut et ne va jamais rien répéter. Et dans la recherche de l'identité profonde de celle qui est partie, chacun finit par évoquer ce qu'il est lui-même, que ce soit par rapport à elle ou par rapport au reste du monde.

L'atmosphère est particulièrement agréable, douce et tendre, à l'image de sa couverture, l'écriture, sublime, nous plonge dans le passé et le présent de cette Jamaïque que je connais peu et rend le tout très intimiste, comme si nous étions assis à côté de chacun des personnages pour les entendre nous chuchoter leur histoire et leur vision à notre oreille (avec une mention spéciale pour la tante de Cheryl qui m'a beaucoup touchée). Les descriptions de l'art de Dulci sont aussi très présentes et nous permettent aisément d'imaginer, sans aucun effort, les magnifiques tableaux colorés que la demoiselle peignait.

Je crois qu'il est inutile de dire à quel point j'ai tout aimé dans ce roman. Si je dois lui trouver un petit défaut ou un unique bémol, ce serait sa petite taille, j'aurais bien continué l'aventure, pour en apprendre encore plus sur certains personnages qui sont souvent évoqués (comme Trev ou Francis par exemple, ou même Dulci elle-même !) mais, finalement, la part de mystère qui est gardée ajoute aussi à la beauté de l'histoire.

4,5/5

En Bref
Trésor peut effrayer certains lecteurs, peu adeptes de la thématique du deuil (qui semble "à la mode" en ce moment, il suffit de voir le succès de Les Derniers Jours de Rabbit Hayes) mais il serait vraiment dommage de le mettre dans cette case-là. En effet, Trésor nous raconte plutôt l'histoire de plusieurs vies, celles de ceux qui ont entouré Dulcinea, de son enfance à l'âge adulte, avec un ancrage certain dans la réalité (la mention des ouragans par exemple), c'est un roman lumineux et plein d'espoir. Un grand coup de cœur, un petit bijou qui mérite vraiment de rencontrer son public (et je sais que vous êtes là !). Bref, on aime !

mercredi 11 mai 2016

Le Point BD #5


Nouvelle édition du rendez-vous BD que vous commencez à connaître. Trois excellentes parutions ici toutes très différentes. Pour ceux qui aiment suivre les aventures de Broco le Brocoli, une surprise vous attend à la fin de cet article *spoiler alert* : pauvre Broco....


*********

Super Sourde
de Cece Bell
Les Arènes - Octobre 2015 - 9782352044475

Super Sourde de Cece Bell a été vanté plusieurs fois par une autrice de Bd en qui j'ai généralement toute confiance, Pénélope Bagieu, dans une vidéo où elle nous présentait ses derniers coups de cœur (vidéo que je n'arrive pas à retrouver d'ailleurs). Étant particulièrement curieuse de l'univers de la surdité, je n'ai pas hésité longtemps avant d'y consacrer un peu de mon temps.

Super Sourde, c'est l'histoire autobiographique de Cece, petite fille devenue sourde à la suite d'une méningite fulgurante. Très vite, elle va être appareillée et un gros boîtier relié à ses oreilles (de lapine) par deux fils pas très discrets va envahir son quotidien et celui de son entourage. La petite fille a du mal à s'intégrer à l'école, peur du regard et du rejet des autres, peur de ne pas réussir à suivre, etc. Mais elle va vite se rendre compte de l'avantage de son appareil : elle entend tout de la vie des profs si celui-ci n'enlève pas le boîtier autour de son cou, celui qui permet à Cece de bien entendre les cours. Elle devient alors une super-héroïne, avec un super-pouvoir.
4/5
Avez-vous déjà remarqué
que Broco n'a pas d'oreille ?

Super Sourde est une bd très touchante sur une enfance un peu particulière mais somme toute comme les autres, la petite fille veut jouer, se faire accepter et avoir un amoureux. Le recul qu'a la dessinatrice sur sa propre enfance est vachement intéressant et bien tourné, c'est drôle, parfois un peu tristounet (les enfants sont formidables parait-il) mais la bd garde toujours une candeur bienvenue et totalement en adéquation avec l'univers enfantin qui s'en dégage. Les dessins et les personnages-lapins donnent clairement le ton, c'est doux et tendre, avec les couleurs pastels qui vont bien avec l'ensemble. Une vraie réussite à lire et à faire lire à tout âge, surtout lorsque l'on est confronté à cet handicap qui n'en est finalement pas vraiment un (ce ne sont évidemment pas mes mots mais ceux de l'autrice).


*********

Un Homme de Goût T.1 Mise en Bouche
Un Homme de Goût T.2 Deuxième Service
de Cha et El Diablo
Ankama - Septembre 2014 et Septembre 2015 - 9782359105087 et 9782359108187


J'avais lu le premier tome de cette duologie il y a déjà un petit moment mais, pour une raison que j'ignore, j'ai longtemps laissé traîner le second tome. L'erreur est maintenant réparée.

Un Homme de Goût, c'est la rencontre entre l'inspecteur Colgate, déterminée et forte tête, et César Nekros, géant et riche, qu'elle soupçonne d'être bien plus qu'un simple tueur en série. L'homme neutralisé et bien attaché, nous allons revivre avec elle, le passé trouble et horrifique de ce sinistre criminel.
3,5/5
Broco a l'habitude
qu'on veuille le manger.

Ce qui commence comme une simple interrogation d'un tueur sanguinaire se transforme assez rapidement en une espèce de conte de fées à l'ancienne, cruel et barbare. Et c'est très bien ! Je ne vous dirais rien de la nature de l'homme en question (si c'est bien un homme...) pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte mais sachez que si vous aimez les trucs qui mangent des êtres humains, vous allez prendre un pied d'enfer. Cha, l'illustratrice, a fait un boulot génial en reproduisant à chaque changement d'époque (parce que oui, on change d'époque) le style en vigueur à ce moment. Ainsi, l'épisode se déroulant en 1847 reprend les gravures de ce siècle. L'histoire en deux tomes ne traîne pas en longueur (on aurait même aimé en apprendre davantage !) et la chute est vraiment très drôle (dans le genre humour noir, attention). En tout cas, après Pizza Roadtrip et Un Homme de Goût, on attend avec impatience la prochaine collaboration entre Cha et ElDiablo qui ont l'air de vraiment bien fonctionner ensemble !


*********

L'homme qui tua Lucky Luke
de Matthieu Bonhomme
Lucky Comics - Avril 2016 - 9782884713634

Une fois n'est pas coutume, c'est Mary Pumpkins qui vous fait cadeau de cette mini-chronique !

Reprendre des grands classiques de la bande dessinée pour les dépoussiérer, leur apporter une nouvelle vision semble être à la mode en ce moment. Cette fois, c'est Matthieu Bonhomme qui se frotte à ce bien-aimé Lucky Luke. Et la transformation est réussie !

Matthieu Bonhomme a l'intelligence de ne pas faire un Lucky Luke traditionnel, mais un western classique et d'y parachuter un Lucky Luke aussi fantasmé qu'efficace, dépassé par sa légende, plus prompt à trembler et à redouter de devoir sortir son colt plutôt qu'a l'utiliser toutes les deux minutes comme Morris (et Goscinny) aimait le faire agir.

Vous n'avez sans doute pas raté la couverture en librairie, sachez que le dessin à l'intérieur est tout aussi magnifique ! Les codes de l'oeuvre originale sont là mais le travail de Bonhomme rend le tout plus adulte et plus sombre. C'est splendide !
Celui qui tuera le mythe deviendra légende ! Sauf que le mythe en question est juste un peu plus doué que la moyenne et en sérieuse crise de manque de nicotine. C'est un paumé sans attaches ni passé, qui ne connaît pas son âge, et probablement pas ses parents (Matthieu Bonhomme lui donne un petit regard en amande qui fleure bon le métis amérindien, ça, c'est novateur). Le cow-boy solitaire l'est-il seulement par choix ?
Ce qu'il est bien, en revanche, c'est un héros. C'est là qu'est le vrai Lucky Luke, celui qui fait rêver les gamins. Il est du côté de la justice, il s'oppose au chaos, il se met en danger pour les faibles et les spoliés, sans rétribution. Un héros invulnérable peut-il être un héros ? (vous avez quatre heures) Je finirai en adaptant une citation tirée de Usual Suspects : "Comment tu tues Lucky Luke ? D'une balle dans le dos ? Et si tu l'rates ?".
© Mary Pumpkins
Tous en cœur : "PAUVRE BROCO"

lundi 9 mai 2016

C'est Lundi, Que Lisez-Vous ? #5


Déjà un mois que je m’astreins à cette espèce de rendez-vous hebdomadaire du C'est Lundi, que lisez-vous ? et je dois dire que ça me plaît pas mal : ça m'encourage à prévoir un peu mieux mes lectures, à ressortir des bouquins qui dorment depuis bien trop longtemps dans ma pal et à tenir mes engagements (même si on est d'accord que personne ne va me couper la tête si je ne le fais pas). Vous pouvez, comme d'hab, retrouver les liens des différents participants sur le Blog de Galleane.

Les trois questions du lundi :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

La Semaine Passée
La semaine dernière fut placée sous le signe de la lecture sur la terrasse, grillant petit à petit grâce au soleil de plomb typiquement nordiste, celui qui vous fait dire sans équivoque que l'orage ne va pas tarder (et il ne ment jamais puisqu'à l'heure où je vous écris en ce dimanche après-midi, il pleut à verse et tonne allègrement). Pourtant, Ne Pars Pas Sans Moi m'a glacé les sangs, tant suivre cette mère qui "perd" son fils en forêt fut difficile tout en étant particulièrement haletant ! Un très bon thriller qui sait s'éloigner des clichés de son sujet. Mémoire d'Elles et le destin de ces deux femmes malheureuses avec leurs maris et coincées dans leur rôle de femmes au foyer m'a profondément attristé, une fabuleuse histoire d'amour, certes, mais un récit vraiment difficile par bien des aspects. Le Domaine, dernier roman de Jo Witek, m'a laissé un léger goût de déception, j'avoue que je suis complètement passée à côté de l'histoire et de son personnage principal. En gros : je n'ai rien capté. Tant pis. 89 Mois m'a bien fait rire malgré le comportement parfois inconséquent de l’héroïne. J'ai toutefois été touché par ses questionnements... Enfin, petite lecture pour patienter avant la sortie de Memorex, Un Dimanche au Bord de la Piscine ne vaut pas franchement le détour, c'est plaisant mais ça sera vite oublié... Par contre, Memorex, wouah ! Spoiler alert de ma future chronique : c'était GÉNIAL ! 


Currently Reading, là tout de suite
Ça fait un petit moment que j'ai envie de me replonger dans les aventures de Claire et de Jamie, je me suis donc lancée dans le cinquième tome, avec un chouia d'appréhension, il faut bien le dire : la bête fait plus de 1500 pages, difficile de le trimbaler partout. Ce que j'en ai lu pour le moment est toujours aussi agréable, même si j'avoue que le Roger me porte un peu sur les nerfs, je n'arrive pas à m'attacher à ce bonhomme qui n'est qu'une pâle copie du grand rouquin qu'on aime tou(te)s ^^.


La Semaine Prochaine
Difficile de savoir combien de temps va me prendre la lecture d'Outlander mais j'essaye tout de même de prévoir, on verra bien ce qui se passe ! En plus, la semaine prochaine voit la sortie de tout un tas de bouquins que j'ai très hâte de lire, comme le dernier opus en poche de la série de Camilla Lackberg, Le Gardien de Phare et vous pouvez être sûre que j'abandonnerai tout pour le lire ^^. J'ai donc choisi de mettre des lectures plus faciles, du Young Adult sympa qui se lit assez rapidement (même s'il parait que Everything Everything est assez bouleversant) et Le Livre d'Or, bien sûr, que j'ai honteusement laissé de côté la semaine passée...

Le Craquage de Slip


Aucun suspense ici, j'ai acheté (et lu aussitôt) 89 Mois et Memorex, sortis cette semaine. Ainsi qu'un petit dernier, paru lu aussi le 9 mai. Morwenna me tentait déjà pas mal en grand format mais je n'ai pas pris le temps de m'y pencher, c'est maintenant chose faite, il ne devrait pas faire long feu dans ma pal. 


Encore un grand merci à Carnet Parisien qui m'a permis de gagner ce magnifique roman des Éditions Charleston (dont vous commencez à connaître mon amour) !

Côté blog, vous avez pu découvrir cette semaine mon bilan d'avril et la chronique d'Une Braise Sous La Cendre


Et vous, que lisez-vous aujourd'hui ?

Bonne semaine de lecture à vous tous, 
je vous bisouille affectueusement.

C'est Lundi #3 - C'est Lundi #4

Ps : C'est le 100e article !!!

vendredi 6 mai 2016

Bilan #9 Avril 2016


Les amis, l'heure est grave. J'ai la flemme. Pas la flemme de reprendre le blog, vous l'avez vu, j'ai repris un chouette rythme de publication (enfin, je ne sais pas si ça vous plaît, toujours est-il qu'il me convient plutôt bien), non, la flemme de faire les bilans mensuels habituels. Vous avez zieuté un peu la photo qui est juste au-dessus ? Je me doute que oui, mais avez-vous vraiment bien regardé ? Vous avez vu ce désastre, ce chaos, cette invasion de sauterelles ? Je ne peux décemment pas parler de chacun de ces bouquins comme je le fais d'habitude. Déjà parce que ça va me gonfler et aussi parce que ça va VOUS gonfler ! Et comme j'ai envie de vous chouchouter, on va s'en passer.... Je tente donc : le bilan allégé. Nous verrons bien si cette nouvelle formule fait des émules (zavez capté la rime ? Elle est trop forte, cette Broco...).

Rassurez-vous, je blablate quand même un peu en toute fin d'article ;)

      BILAN Avril 2016    
21 lectures
dont 6 bds

Le Top d'Avril
+ le tome 2 des Sept Sœurs, La Sœur de la Tempête, que j'ai oublié de mettre ici.
Chronique Les Sept Sœurs

*********

Les Très très bien
Chronique Captifs

*********

Les Pas Mal


*********

Les déceptions

Évidemment, je ne peux que vous conseiller les livres présents dans les deux premières catégories. Des chroniques plus détaillées viendront pour certains d'entre eux, je vous laisse le plaisir de la découverte et je n'en dis pas plus ! 


Côté Challenge
On va regarder ailleurs et ne pas parler du Challenge des 100 livres. Pourquoi ? Parce que la première règle du Fight Club, c'est de ne pas parler du Fight Club. Voilà. Quelqu'un n'est pas d'accord ? ^^
2016 Reading Challenge de Goodreads : nous en sommes à 79 livres lus sur 160 avec une confortable avance de 25 livres, ce qui est fort sympathique, même si je n'ai absolument aucune idée de ce que ça représente...
Challenge Livraddict En 2016 Je compte mes pages : j'ajoute 7196 pages à mon total de 21861, ce qui nous donne 29057. J'ai enfin dépassé la moitié du nombre de pages que je dois atteindre (50001 pour ceux près du radiateur).

Blablablog
En somme, Avril fut un mois fort sympathique, même si teinté de quelques désillusions. J'ai réussi à reprendre quelques bonnes habitudes, que ce soit sur le blog ou dans la vraie vie et tout commence à rentrer dans l'ordre. Mai s'annonce plutôt cool et je commence à capter l'utilité d'avoir un jardin (c'était plutôt les inconvénients qui me venaient avant à l'esprit). Sur la page Facebook, vous êtes de plus en plus nombreux à nous suivre, moi, Broco et les autres bestioles qui peuplent cet espace. Si nous arrivons un jour à atteindre les 200 preuves d'amour, je pense lancer un concours donc n'hésitez pas à faire tourner !

Ce mois-ci

Je vous bisouille bien cordialement ;)


mercredi 4 mai 2016

"Une Braise Sous La Cendre" de Sabaa Tahir

Pocket Jeunesse - octobre 2015
9782266254342




Parfois, on le sait, la littérature jeunesse cache de véritables pépites, des titres totalement uniques et d'une telle originalité qu'il en devient dommage de les garder pour un seul public, laissant malheureusement de côté certains grands fans de fantasy qui ne s'intéressent pas aux ouvrages young adult. C'était le cas pour La Passe-Miroir, c'est aussi le cas pour ce roman, cette nouvelle série (trilogie ?), Une Braise sous la Cendre de Sabaa Tahir.

De quoi ça parle :
"Je vais te dire ce que je dis à chaque esclave qui arrive à Blackcliff : la Résistance a tenté de pénétrer dans l'école un nombre incalculable de fois. Si tu travailles pour elle, si tu contactes ses membres, et même si tu y songes, je le saurai et je t'écraserai." Autrefois, l'Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l'empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d'écrire s'expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Élias, un soldat d'élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté... et sauver ceux qu'ils aiment.

Et ça donne quoi ?
Dès les premières pages, nous sommes plongés dans un univers très étrange, à cheval entre l'Antiquité, les Martiaux rappelant les Spartiates et les Érudits les Athéniens, et les déserts orientaux. Les deux personnages principaux sont très complexes : Laia, jeune érudite simple devenue espionne/esclave, se bat pour sauver son frère et Élias, une espèce de super-héros ninja surentraîné. 
  • Laia, loin de ressembler à une Katniss, n'a aucune qualification d'espionne ou de guerrière, elle a peur, pleure beaucoup, pourtant elle va réussir à trouver le courage de mener sa mission face à la commandante, personnage horrible, sadique et violent. La jeune fille donne d'abord une drôle d'impression, elle parait pleurnicharde, trouillarde, on s'agace un peu de la voir se débattre tant nous avons l'habitude de personnages plus combatifs puis, l'histoire avançant, elle nous parait de plus en plus forte et finalement réaliste (j'aimerais bien vous y voir, tiens, si on vous menace constamment de vous arracher un œil). C'est tout à fait le type de personnages que je finis par apprécier énormément, tant elle évolue et grandit.
  • Enfant, Élias a été forcé de devenir un Mask, l'élite des guerriers martiaux. Mais loin d'être un tueur sanguinaire comme ses camarades, le jeune homme rêve d'une vie meilleure, paisible et douce, à l'abri de toute violence. Hélas, il va devoir remettre ses aspirations à plus tard s'il veut pouvoir essayer de renverser le régime en place. Contrairement à Laia, Élias m'a tout de suite plu ! Le garçon est courageux, rebelle, il doute et cherche à comprendre, il oscille constamment entre un côté très fragile, très doux et un autre, dangereux, meurtrier. Et cette balance entre l'éducation et les aspirations est vraiment bien fichue !
Avec ces deux-là, viennent quelques autres personnages, plus ou moins secondaires, particulièrement bien taillés, qui ont tous un rôle à tenir dans l'intrigue. Nos deux héros mettent un bon moment avant de se rencontrer et les deux récits, menés de front, sont tous les deux passionnants. Mais au-delà de ça, il y a l'histoire, le contexte qui est très bien construit, l'univers est sombre, hostile et d'une cruauté assez incroyable pour un roman soi-disant pour ado, les tortures, les mutilations et les meurtres sont monnaie courante et ne choquent finalement personne. On se prend rapidement au jeu, même s'il est assez difficile de comprendre la dynamique de ce Nouveau Monde dans les toutes premières pages. Heureusement, tout finit par apparaître plus clairement et je n'ai plus qu'une hâte : lire le suivant (si quelqu'un a une idée de la parution, d'ailleurs, il sera fortement remercié !). Petit bémol : j'ai eu peur, à un moment, que toute cette histoire tourne en eau (de boudin) de triangle amoureux, ce qui me sort maintenant par les yeux, même si j'ai l'impression que ce n'est pas près de changer, mais ici, ouf, ça passe tranquille Émile

4,5/5

En bref :
Un excellent récit de fantasy qui trouverait très bien sa place dans les rayons "adulte" des librairies, une écriture belle et travaillée, des personnages complexes et bien construits, un univers bien dur et addictif, un chouette coup de cœur pour de la fantasy comme on voudrait en voir plus souvent !