mardi 14 mars 2017

- La huitième vie (pour Brilka) -



La Huitième Vie (pour Brilka)
de
Nino Haratischwili
Ed. Piranha

Lorsque j'ai demandé ce roman sur Netgalley, je ne m'attendais pas à grand-chose, j'avais à peine lu la quatrième de couverture, aucun avis et n'avais jamais croisé le livre en librairie. Je vous laisse imaginer ma surprise quand j'ai ouvert le fichier sur ma liseuse et que j'ai vu s'afficher 0 sur 1333 pages. Moi qui voulais lire un petit roman romantico-historico-gentillo-RAPIDO, c'était raté. Mais je suis un brocoli qui n'a qu'une seule parole et lorsqu'on me confie une mission, je la fais du mieux que je peux (je devrais mettre cette phrase dans mes lettres de motivation)(surtout la partie brocoli). Et j'ai plongé, telle une farfalle dans l'eau bouillante, dans cette fresque romanesque absolument renversante.


Le résumé trépidant


Géorgie, 1917. Stasia, la fille d’un chocolatier de génie, rêve d’une carrière de danseuse étoile à Paris lorsque, à tout juste dix-sept ans, elle s’éprend de Simon Iachi, premier-lieutenant de la Garde blanche. La révolution qui éclate en octobre contraint les deux amoureux à précipiter leur mariage.

Allemagne, 2006. Niza, l’arrière-petite-fille de Stasia, s’est installée à Berlin depuis plusieurs années pour fuir le poids d’un passé familial trop douloureux. Quand Brilka, sa nièce de douze ans, profite d’un voyage à l’Ouest pour fuguer, c’est à elle de la retrouver pour la ramener au pays. À la recherche de son identité, elle entreprend d’écrire, pour elle et pour sa nièce, l’histoire de la famille Iachi sur six générations.







Ce qu'en a pensé Titine

La quatrième de couverture est un tout petit peu trompeuse. À sa lecture, je m'attendais à un roman reprenant le schéma plutôt classique de l'alternance des récits, l'un se serait déroulé en Géorgie, avec le point de vue de Stasia et l'autre en Allemagne, à notre époque, avec les recherches de Niza. Je vous préviens, ce n'est pas le cas.

Le récit démarre en 2006, avec le coup de fil paniqué de la mère de Niza, l'informant que Brilka a disparu, nous basculons rapidement dans le passé de la famille de l'adolescente en fuite, il n'y aura pas d'alternance ici. Après ce prologue, l'histoire se déroule assez linéairement en démarrant en 1917 avec Stasia, à la fin du règne de la famille tsarine Romanov, puis en suivant, petit à petit le reste de la famille et les enfants et petits-enfants de Stasia. Tout cela pour arriver enfin à Niza et Brilka, les deux dernières générations.

Néanmoins, ce roman n'est pas "juste" l'histoire d'une famille à travers tout le XXe siècle, c'est d'abord l'histoire d'un pays, la Géorgie, et celle de l'Union Soviétique et du communisme. Page après page, nous allons assister à tout ce qu'on a appris et oublié en cours d'Histoire, au lycée. Et, je vous jure, c'est absolument passionnant. C'est érudit, c'est effrayant, c'est documenté et les mots roulent avec fluidité. Je vous avoue tout de même qu'à certains moments, j'ai eu envie de sauter quelques pages de faits historiques détaillés, pour plus vite retrouver les personnages, tant j'avais hâte de connaître la suite de leur destin, mais, honnêtement, ce n'est pas un défaut si gênant que ça.

Les membres de la famille Iachi ont chacun une personnalité très marquée, très forte, certains sont absolument détestables de bout en bout, même si l'on peut essayer de comprendre leurs motivations, d'autres deviennent parfaits, alors que, paradoxalement, bourrés de défauts. Des êtres humains réalistes, comme on en voit finalement peu dans la littérature. Le très soviétique Kostia, qui fait tout selon les règles, la fantasque Kitty, qui rêve de liberté, la superbe Christine, punie pour sa beauté, Stasia, la danseuse contrariée... Ils feront tous leur petit effet, provoqueront tous des émotions variées et même si j'ai eu mes petits favoris, le destin de chacun m'a vraiment touché.

Il faut par contre s'accrocher à ses bretelles, vivre à ce moment-là à cet endroit-là, ce n'était pas exactement de tout repos. Et cette famille a quelques petits soucis de communication (l'euphémisme du siècle). Coup dur, trahison, rivalité fraternelle mais aussi amour, joie et soutien, tout y passe en presque un siècle.  Et les femmes, en majorité dans ce roman, n'ont pas la vie facile, comme c'est toujours le cas en temps de guerre. Certains événements vont vous briser le cœur, vous êtes prévenus. 


C'est un coup de ♥ !

En Bref
Si vous décidez de vous plonger La huitième vie, ce que je vous conseille fortement, préparez-vous à plonger dans une oeuvre d'une densité et d'une intensité rare. Difficile à lire, difficile à vivre, c'est un roman qui se découvre lentement, pour tout apprécier et pour bien intégrer les faits historiques (et demander une précision à Wikipédia quand vos souvenirs deviennent vraiment trop vagues) mais ça vaut vraiment le coup. Je n'ai pas lu grand-chose des éditions Piranha pour l'instant, mais je dois avouer que leur ligne éditoriale m'accroche et m'attire de plus en plus (La Pâtissière de Long Island, lu l'année dernière, avait une thématique assez proche et un personnage féminin central fort et porteur), je vais donc les surveiller de plus près, les petits poissons ! D'ailleurs, bravo à eux pour la confiance qu'ils accordent aux lecteurs de Netgalley en proposant des ouvrages libres de toutes sortes de DRM (remplacé par un tatouage numérique), c'est plus simple à manipuler et, de la part d'une maison d'édition, c'est une prise de position riche de sens.

16 commentaires:

  1. J'adoooore les éditions Piranha ! Et ce livre... Raah, ça été un tel coup de coeur ! Je ne m'en suis toujours pas remise <3 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils font de bons bouquins, effectivement, et des beaux en plus, ce qui ne gâche rien ! :D ♥

      Supprimer
  2. Une farfallA ;) oui je sais, je chipote. Je ne connaissais pas du tout ce roman... merci pour la découverte. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon ?! Merde, c'est tout mon monde qui s'écroule, là, j'ai toujours dit et vu farfalle moi. ON M'AURAIT MENTI ?!!! :p

      Supprimer
  3. Si je conclus bien ? La farfalla est cuite ! Et Ana a raison le "e" est un pluriel en italien, le singulier d'un féminin est en "a" si ma mémoire est bonne. Tu as toujours "farfalle" car on te vend rarement UNE pâte. Souvent le paquet est plein XD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La pauvre farfalle, personne n'accepte sa différence, c'est bien triste :p Non, d'accord, je note, j'ai bien compris et je me coucherais moins bête, ça m'apprendra ! xD

      Supprimer
  4. Je ne connaissais pas du tout, mais ça a l'air sympathique vu ce que tu en dis :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment chouette mais faut y aller en ayant le temps et l'envie de se plonger dans quelque chose de dur et de fort. Mais ça vaut carrément le coup !

      Supprimer
  5. Je ne l'avais pas demandé parce que j'avais vu le nombre de pages et je savais que je n'aurai complètement pas le temps de lire tout ça... Du coup, tu me fais quand même regretter, parce que ça a l'air très chouette. Puis j'aime bien apprendre des choses en lisant (et partant d'un niveau c'est-où-la-Géorgie nul doute que ça aurait été bénéfique)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben je vois qu'on a le même niveau (j'ai regardé sur une carte en démarrant le bouquin -_- ) Et ouai, il vaut le coup, mais faut avoir le temps de le lire, hein, c'est pas le genre de trucs qui se lit d'une traite ^^ ça m'a fait tout drôle

      Supprimer
  6. Ce livre à l’air très poignant, je vais me le noter

    RépondreSupprimer
  7. Wow j'aurais défailli en voyant les 1330 pages ! XD Mais effectivement, ça l'air tellement bien vu comment tu racontes cette lecture ! Je note du coup parce que je viens de me rendre compte que je n'ai jamais lu de livres venant de chez Piranha.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rassure, j'ai failli tomber dans les pommes aussi, heureusement que j'étais assise. Et ouai, c'était drôlement chouette, faut un peu s'accrocher par moment mais ça vaut vraiment le voyage :)

      Supprimer
  8. Oui, rare sont les éditeurs à proposer des epub tatoués alors que c'est quand même plus pratique.
    Je l'ai dans ma PAL numérique car comme toi, je suis passée par Netgalley. Si les 1333 pages me font peur, j'ai hâte de plonger dedans !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que c'est vachement plus simple et une belle preuve de confiance ! Je suis curieuse de voir ce que tu en penses, j'ai l'impression qu'il passe un peu inaperçu, c'est dommage !

      Supprimer

Si le cœur vous en dit, vous pouvez laisser un petit mot à Broco, ça lui fera plaisir !
[Cochez la case "M'informer" en bas à droite si vous voulez recevoir un mail lorsque je vous réponds]