mardi 16 mai 2017

- C'est qui la cruche ?! -

- Lettre à celle qui lit mes romances érotiques et qui devrait arrêter tout de suite -
Camille Emmanuelle
Éd. Les Échappés

Commençons par un aveu : Titine aime, de temps à autre, lire une bonne romance érotique, bien baveuse. Par exemple, elle s'est enfilée (qui a l'esprit mal tourné ici ?! Dénoncez-vous !) l'intégralité de After, les 3 Did I mention I miss you et autres joyeusetés du même acabit. Voilà, c'est dit. Par contre, Christian Grey n'a jamais réussi à pénétrer (ahem) son esprit et l'exemplaire des nuances du monsieur a tristement pris la poussière dans le purgatoire des livres de Titine : la caisse "À vendre", puis pire ! la boite "À donner". Vous comprenez donc que, sans être une férue du genre, Titine se soit sentie légèrement concernée par le titre de ce petit recueil à la dominance rose (d'ailleurs, à l'occasion, j'écrirais une thèse sur ma petite collection d'essais féministes qui ont, presque tous, une couleur ROSE) (spoiler : ça m'énerve).


De quoi ça cause ?




Une fois n'est pas coutume, Titine ne va pas vous ressortir tout cuit le résumé de l'éditeur mais essayer de vous pondre quelque chose de son cru (cuit/cru, on pète le feu ici !). Dans Une lettre à celle qui lit mes romances érotiques, Camille Emmanuelle va nous raconter une petite partie de son parcours professionnel, cette période de vache maigre où, pour payer son loyer et sa pitance, elle va écrire des romances érotiques, dans une maison d'édition bien entendue anonymisée. Le genre étant à la mode, la demande est forte et Camille Emmanuelle tout excitée à l'idée de commencer. Mais rapidement, elle va se prendre l'envers du décor dans la figure et la journaliste spécialiste de la sexualité et du féminisme qu'elle est va devoir se coller, pendant un temps, ses principes derrière l'oreille.






L'avis énervé

Autant vous prévenir tout de suite, si vous adhérez un tant soit peu au féminisme, vous allez passer votre temps de lecture à pester, à râler, à surligner quantités de passages et à vous exclamer diverses insanités que la chasteté et l'innocence de Broco m'empêchent d'écrire ici. 

Pendant toute la durée de son contrat d'écrivain, Camille Emmanuelle va œuvrer pour une maison d'édition inconnue, spécialisée dans la romance et disponible uniquement en numérique. Et, jour après jour, manuscrit après manuscrit, elle va recevoir les directives complètement aberrantes d'une éditrice convaincue de la véracité de ses propos. La voilà donc, écrivant tout le temps la même chose, une histoire d'amour et de sexe hétérosexuelle, entre deux adultes consentants, blancs et, n'ayons pas peur des mots, chiants. Monsieur est riche, jeune et lisse tout en étant hyper viril (comprenez pas-là qu'il n'a pas de poils ailleurs que sur la tête) (ça, c'est moi qui rajoute, hein, c'est pas dans le bouquin) et Madame (ou plutôt Mademoiselle...) est jeune, canon sans le savoir et a des moyens, financiers et intellectuels, fortement limités

Parce que c'est là toute la problématique du bouquin : la vision des êtres humains et plus particulièrement des femmes. Oui, je sais, c'est dur d'être un homme aussi mais avouez que s'identifier à un trentenaire, beau, riche et fringant, qui a la possibilité de gérer un empire multimillionnaire tout en ayant le temps de coupler les activités piscine, poney et sexe en plein air, c'est plutôt agréable pour l'égo. À l'inverse, même si j'ai parfois rêvé d'être une princesse (un moment d'égarement, on a tous nos faiblesses), me faire offrir une paire de godasses quand j'ai la main droite qui a envie de pratiquer son uppercut, ça a plus tendance à me faire monter dans les tours que de me faire perdre ma petite culotte

Dans les romances érotiques que va devoir écrire Camille Emmanuelle, c'est comme ça que ça va se passer. L'héroïne, demoiselle en détresse, est une douce petite chose, fragile, centrée sur sa petite personne (et sur le grand et fort monsieur qui va la prendre sous son aile) (et dans son lit). On ne lui demande pas de réfléchir, on ne lui demande de s'émanciper, on ne lui laisse pas l'opportunité d'avoir une épilation ratée ou des sous-vêtements mal assortis ou d'avoir ses règles le jour où monsieur décide de faire des galipettes. Elle doit correspondre à un stéréotype éculé, rentrer dans des petites cases bien étroites (là où le fessier d'aucune d'entre nous ne peut se poser, soyons honnêtes) et, si possible, avoir à la fois une sexualité débridée mais bien-pensante. Bonjour l’exercice d’équilibriste.

Pour un genre qui se targue d'être moderne et d'apporter la preuve de l'émancipation sexuelle des femmes, ça pose quand même un réel problème... Parce que oui (et Camille Emmanuelle va vous donner quelques titres), il est possible d'écrire de l'érotique en étant féminisme, moderne et pas gnangnan à se sortir des paillettes de divers orifices). Et heureusement. 


En Bref

♥ 💕💕 ♥
Au tout début de ce blog, j'avais lu (et chroniqué) un roman qui est, hélas, totalement passé inaperçu : Et ils s'envoyèrent en l'air. Le pitch était simple (et what ze fuck) : une autrice de romance érotique voit débarquer ses deux personnages principaux, le monsieur physiquement intelligent et l'oie blanche, dans la vie réelle. J'ai retrouvé dans Lettre à celle qui lit mes romances érotiques quelques-uns des points soulevés par le roman mais là, où il m'avait bien fait rire (ce n'est que de la fiction, haha !), ce texte m'a totalement révolté. On a beau avoir conscience de certaines choses, les voir sur papier, les "entendre" dans la bouche d'une éditrice qui a le pouvoir de choisir ce que nous, et les générations futures, allons lire, c'est prodigieusement écœurant. Cela dit, ça reste tout de même drôle, acide comme il faut et bien écrit. Que vous lisiez ou non des romances érotiques, j'ai bien l'impression que Lettre à celle qui lit mes romances érotiques est un de ces textes indispensables, afin de continuer à prendre plaisir à lire ce genre, tout en gardant l'esprit ouvert et critique. Et un coup de cœur pour Broco, un !

28 commentaires:

  1. J'ai aussi bien aimé! J'ai appris beaucoup de choses!Et ça m'a conforté dans mon opinion de ce type de livres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhéhé exactement ! En fait, même si on le sait déjà, on ne peut s'empêcher d'être sidérée ! Et de faire attention pour nos prochaines lectures, du coup, même celles qui ne sont pas de la romance érotique :)

      Supprimer
  2. J'ai tenté de lire des romans érotiques, façon Sylvia Day etc... mais ce n'est pas ma tasse de thé. Du coup je pense que ce livre ne me parlerait pas trop. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum honnêtement, je pense qu'elle peut tout de même être très instructive ! Et certaines choses qu'elle nous dit peuvent aussi s'appliquer à d'autres lectures ! Mais je comprends que tu ne te sentes pas concerner, le titre est très centré sur un genre :D

      Supprimer
  3. Aaah bon sang j'ai adoré lire ton avis, parce que la raison principale pour laquelle je ne lis pas de livres érotiques c'est justement ça, ces clichés éculés, la gentille fille bobonne à qui faut pas demander de compter jusqu’à plus de dix et le mec, prince charmant sur son cheval blanc qui va lui sauver la vie et sans qui elle n'est rien. En général c'est à ce moment que je me mets à baver de colère sur le bouquin (et c'est pas beau à voir).
    Donc merci pour cette découverte, je ne me serais surement jamais arrêtée dessus sinon (tout ce roooose bon sang) !
    Et pour ce qui est de Fifty Shades, je te conseille d'aller lire les chroniques de l'Odieux Connard sur le sujet (si tu ne les as pas déjà vu), c'est beaucoup trop bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouahahahah et bien moi, j'ai adoré lire ton commentaire xD Honnêtement, je te conseille d'y jeter un coup d’œil, ça va te plaire (et te faire rire) (et baver de rage encore plus !).
      Oui, je comprends pas trop le rose pour ce genre de bouquin, le pire c'est que je commence à en avoir beaucoup des comme ça et ils ont tous une touche de rose, c'est hallucinant...

      Je crois avoir vu les chroniques d'un Odieux Connard mais mes souvenirs sont vagues, je vais retourner faire un petit tour dessus !

      Supprimer
  4. Faut pas chauffer le Brocoli XD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait ! Non mais ! Le Broco dragon, sinon ! xD

      Supprimer
  5. Ah Mimine elle est tellement fière de son Brocoli et de lui avoir soufflé l'idée de lecture dans les bronches ! Alors j'avoue j'avais même pas fait le rapport entre le rose girly de la couv' et le côté féministe. Ouais maintenant que t'en parles, c'est clair que ça décrédibilise un tout peu le message véhiculé. J'ferais plus gaffe la prochaine fois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te jure, c'est assez hallucinant, mes livres sur le féminisme, ils ont quasi TOUS une touche de rose qqpart... Je m'en suis rendue compte en les rangeant ensemble, ça m'a frappé -_- C'est vraiment dommage

      Supprimer
  6. J'avoue que ta chronique m'a bien fait rire xD !

    RépondreSupprimer
  7. Je crois que ce livre me plairait beaucoup!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense aussi, ça se lit très vite et on apprend beaucoup de choses !

      Supprimer
  8. Je ne lis pas de livres érotiques, ce n'est pas ma tasse de thé (mais je confirme qu'il faut lire les articles de l'Odieux Connard au sujet de Grey, c'est un délice (même si je suis outrée par le niveau du machin et incrédule face au succès rencontré)), mais ce livre-là, je veux absolument le lire ! Je l'avais déjà scrupuleusement sur à la critique de Charmant Petit Monstre et ta chronique me rappelle que je dois me le procurer au plus vite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même sans lire de livres érotiques, c'est un indispensable ! Parce que finalement, certains des clichés soulevés par l'autrice se retrouvent dans des livres qui n'ont rien à voir (la jeune femme fragile qui a besoin que l'homme lui dise quoi faire... Même dans les dystopies YA, on peut le voir...) Je serais curieuse de voir ce que tu en penses, sachant que ce n'est pas un genre que tu lis !

      Supprimer
  9. J'avais déjà remarqué le binôme mec-riche-et-ténébreux-qui-s'appelle-Edoardo-ou-Massimo et jeune-fille-innocente-qui-veut-travailler-dans-l'humanitaire-qui-est-fade-et-qui-s'appelle-Kelly-ou-Kimberley en lisant les résumés des Harlequin, qui me font hurler de rire... Mais je ne pensais pas que ça allait jusqu'à être une demande de l'éditeur ;) et je serais assez curieuse de voir les coulisses d'écriture de ce genre de romans !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh boy ! Mais oui, Edouardo et Massimo, LES prénoms des Harlequins ! C'était soit ça, soit des prénoms américains comme Brandon ou James ! Il y en avait plein à la librairie de mon quartier quand j'étais plus jeune, j'ai jamais osé en emprunpter, je crois que la bibliothécaire aurait fait une attaque xD

      Si découvrir les coulisses t'attire, c'est vraiment la lecture qu'il te faut ! Même sans avoir jamais lu un Harlequin ou assimilé (sauf les qqes titres que je cite plus hauts), c'est passionnant !

      Supprimer
  10. Je crois savoir pour quelle maison d'édition cette autrice travaillait mdr
    De mon côté, je ne lis pas ce genre, j'aimerais bien lui donner une chance, mais je ne sais pas vers quoi me tourner, peut-être vers ce roman qui parle du sujet :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ooooh je veux savoir ! Dis moi ! J'ai cherché mais rien de sûr ! (et je suis trop curieuse !)
      Lettre à celle qui lit n'est pas du tout un roman par contre, attention, c'est plutôt un récit d'expériences, ce qui n'empêche pas que c'est très facile et divertissant à lire. Et en plus, on apprend pleins de choses, c'est toujours bon à prendre :D

      Supprimer
  11. Il faut vraiment que je le lise celui- ci !

    RépondreSupprimer
  12. Oh, j'ai "Et ils s'envoyèrent en l'air" dans ma PAL. Le pauvre, il traîne alors que je pourrais t'aider à le faire connaitre sur la blogo haha. Un livre de plus dans ma pile d'été ? Je crois bien que oui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahahahaha mais oui ! Cela dit, j'ai l'impression que personne n'a lu ce livre alors qu'il m'a vraiment plu ! Je serais curieuse d'avoir l'avis de quelqu'un d'autre du coup ! Et c'est une lecture d'été absolument parfait ! :D

      Supprimer
  13. Je suis curieuse et pas sûre de pouvoir lire cet essai (Même si le sujet m'intéresse carrément !), du coup, c'est quoi les titres de romances érotiques pas cucuniaises ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Damned, je m'en souviens déjà plus... Faudrait que je regarde dans le bouquin !

      Supprimer
  14. Je dois avouer que je suis mitigée... Ok tu m'as donné envie de le découvrir, mais je reste sceptique, je ne sais pas, à voir :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups, je me rends compte que j'ai oublié de répondre à tes commentaires !

      Alors, je peux comprendre ta perplexité, c'est un ouvrage assez particulier mais, si tu t'intéresses un peu au féminisme, à la construction d'un roman d'un genre spécifique, ça peut te plaire ! Et en plus, ça se lit très vite :D

      Supprimer

Si le cœur vous en dit, vous pouvez laisser un petit mot à Broco, ça lui fera plaisir !

[Cochez la case "M'informer" en bas à droite si vous voulez recevoir un mail lorsque je vous réponds]