lundi 27 février 2017

- C'est Lundi #35 - Qui c'est qui est mort ? -


Bonjoooooouuuuurrrr !

Comment ça se passe, dans vos chaumières ? Bien ? La température de l'eau du bain est bonne ? Les frites sont fraîches ? Le chat roucoule confortablement ? Je vous le souhaite en tout cas. Chez les Pumpkins, tout va bien. Même si le monsieur a encore reçu au moins 36 boites de jeux de société qu'on ne sait plus où les foutre (Dans ton cul est ici une réponse acceptable). Dire que je commençais à faire de la place, en réduisant les bouquins et les babioles diverses, c'est lui qui s'y met maintenant. Cet appartement est voué à l'encombrement.

Trêves de galéjades, place au C'est Lundi de la semaine. Comme d'habitude, vous pouvez retrouver l'ensemble des liens sur le blog de Galleane, merci à elle.

Les trois questions du lundi :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

Ce que j'ai lu la semaine dernière

Eh bien, pas grand-chose on dirait... Faut dire qu'avec monsieur à la maison et ma nouvelle passion pour le tricot, j'ai du mal à me concentrer sur un bouquin (j'ai essayé de lire en tricotant, mon cerveau n'a pas réussi à gérer, l'andouille). 

La chronique de la Fille d'avant (une très bonne lecture) arrivera le 7 mars, la veille de la parution officielle. 

Quant à Légende, nouvelle étape de la quête des Petits Pédestres Croustillants, c'est prévu pour samedi 4 mars, si personne ne se perd en route (on n'est jamais à l'abri avec les drôles de bestioles qui m'accompagnent, hihi)(je cours me cacher avant que la rage du dragon ne me tombe dessus).


En ce moment, je lis ça


Un petit bonbon sucré pour terminer et commencer la semaine. Faut dire que j'ai été bien traumatisé par la fin de Légende (Druuuuuuussssssss #àdireenbramant). Et ça tient ses promesses, c'est mignon et choupi-gnangnan à souhait. Cela dit, j'en suis à la moitié et ça commence un peu à tirer en longueur... Sur 200 pages environ, faut le faire.



Et ensuite ?
Comme je n'ai du tout tenu le planning de la semaine dernière, on remet le petit Chômage Monstre (après la guimauve d'Un petit quelque chose en plus, ça va bien me remettre dans le bain). Ensuite, les éditions Piranha m'ont choisi (toujours sur NetGalley) pour lire une de leurs dernières parutions La huitième vie pour Brilka et Titine est joie à l'idée de s'y plonger !



J'ai terminé ma grosse écharpe de la dernière fois. Mais elle est BEAUCOUP trop grosse pour être portée la bougresse. Elle pèse facilement un demi-bouquetin, c'est peu pratique. Du coup, j'ai décidé de me faire une écharpe avec une laine plus fine, aux couleurs de Newt Scamander. Ahem. Le résultat est peu probant, faut croire que j'ai choisi le mode facile pour la première fois. Là, c'est du grand n'importe quoi, une belle écharpe de hobo, avec des trous partout et des fils tirés. Mais bon, c'est pas grave, je l'aime quand même, on fera semblant qu'elle a du vécu ^^.

Une excellente semaine à vous 
les petites carottes !


jeudi 23 février 2017

- Throwback Thursday - Relecture


Coucou les petites carottes ! 

On se retrouve aujourd'hui avec un petit Throwback Thursday, le très chouette rendez-vous de BettieRose. Zavez vu, j'essaye de reprendre un rythme normal. La couille dans le potage de lundi va mieux et à part péter un câble sur mon tricot (qui a osé dire que c'était fait pour se détendre, ce truc ?!), la vie est plutôt cool. Par contre, j'en profite pour faire une petite annonce, la chronique de Légende n'arrivera finalement pas samedi mais plus tard, la semaine prochaine. Plusieurs de vos vaillants Petits Pédestres Croustillants ont un caillou dans la chaussure et doivent reprendre leur souffle. Qui prend soin de ses petons est sûr de manger du jambon. Voilà.


Thème du 23 février 2017
Relecture


En voilà un thème qui me parle ! J'adore relire les livres que j'ai aimés. Je sais que ce n'est pas le cas de nombre d'entre vous mais vraiment, moi, c'est mon dada (pourquoi je n'utilise pas plus cette expression ? Elle est géniale !). J'aime retrouver des personnages bien connus et adorés, comme des vieux amis, découvrir des nouvelles ramifications dans des histoires déjà parcourues et me replonger dans des pages plusieurs tournées avec bonheur. Bref. C'était l'interlude où j'essaye de faire de la poésie. Spoiler alert, ça ne marche pas.

Dans les livres que je relis assez régulièrement, vous avez déjà eu l'occasion de voir que ce cher Harry se positionnait plutôt bien. Mais si j'en parle, ça va faire redite. 

Une saga que je relis souvent (entre autres), c'est Les Piliers de la Terre et sa suite, Un Monde sans fin. Ces deux tomes sont presque devenus des classiques maintenant, une série télévisée a même été faite mais vraiment rien ne vaut la lecture, en hiver, au chaud sous un plaid, des 2000 pages (voire plus) de ces deux bouquins (le premier est carrément mieux mais j'ai du mal à voir l'un sans l'autre).

D'ailleurs, je me rends compte que ça doit faire 2 ans que je ne les ai pas relus, il va falloir pallier à ça incessamment sous peu, ça ne va pas du tout. 

C'est toujours un peu culpabilisant, la relecture, vous avez tout un tas de potentiellement bons bouquins tout neufs qui vous attendent et vous décidez de vous replonger avec délice sans une vieille soupière bien connue. Mais, croyez-en mon expérience de vétérante de la lecture, faut pas lutter contre ses envies parce que c'est à ce moment-là que tout ce que vous lisez n'a plus aucune saveur. Et puis souvent, vous en arrivez à voir des tas de bricoles qui vous avaient jusque-là totalement échappé. Ou que votre mémoire de poisson rouge avait occulté. Bref, mis à part le fait qu'on risque tous de mourir sous une pile de livres neufs en attente d'être lu, je ne lui trouve que des bienfaits, moi, à la relecture. C'est comme se regarder Love Actually tous les ans avant Noël, réconfortant.

Vive la relecture et vive les brocolis !

Pas mal, comme mot de la fin, nan ?

Previously in

mardi 21 février 2017

- The Paper Magician -


The Paper Magician
de
Charlie N. Holmberg
Amazon Crossing

Il était une fois deux membres de la Guilde des Petits Pédestres Croustillants qui, vexés de ne pas avoir été convié à participer à la LC des deux autres, ont décidé de faire aussi bande à part et de lire le même roman. Surtout que ledit roman avait fait manifestement un carton plein du côté des traitres (n'ayons pas peur des mots). Et c'est ainsi que Mimine et Titine partirent faire des origamis, dangereuse aventure s'il en est, surtout lorsque l'on connait les habilités de nos deux hobbits en la matière.

Et si vous ne comprenez rien, rassurez-vous, c'est normal. Tâchons d'éclaircir tout ça.


Le résumé en carton


C'est le cœur brisé que Ceony Twill, 19 ans, débarque chez le magicien Emery Thane. Sortie major de sa promotion à l'école Tagis Praff, elle se voit contrainte d'embrasser la magie du papier, elle qui rêvait de travailler le métal. Or une fois qu’elle sera liée au papier, matériau qu’elle dédaigne, elle sait que c'est pour le restant de sa vie.

Dès le début de son apprentissage chez l'excentrique mais si charmant Emery, Ceony découvre un monde merveilleux qu'elle ne soupçonnait pas : animer des créatures de papier, donner vie à des récits grâce aux images qui les illustrent, prédire l'avenir… Mais son bonheur se ternit quand elle se trouve confrontée aux dangers de la magie interdite.

Une Exciseuse - pratiquant la magie noire liée à l'élément de chair - attaque le magicien et lui arrache le cœur avant de s'enfuir avec son précieux butin. Pour le sauver, Ceony devra affronter l'horrible sorcière assoiffée de sang et se lancer dans un périlleux périple qui la mènera dans les méandres du cœur de son mentor dont elle va découvrir les lourds secrets.



L'avis en plastique

Quel drôle de petit roman ! On y pénètre en même temps que Ceony, jeune fille un poil boudeuse (normal puisqu'elle n'a pas envie d'être là), en passe de choisir la matière qu'elle DEVRA travailler magiquement toute sa vie, le papier. Je vous avoue qu'au début, on n'y bitte pas grand-chose. La version de la magie décrite ici est totalement inédite. Pour la pratiquer, toute personne doit se lier à un élément produit par l'homme, comme le métal par exemple. Là, nous allons nous attarder sur celle que doit choisir notre héroïne, une matière qui, apparemment, a depuis longtemps perdu ses lettres de noblesse (vous avez compris ? Lettres, papier ? Elle est bonne, nan ?) et sur son beau gosse de mentor, Emery Thane, bonhomme farfelu et secret, qui est très loin de laisser Ceony indifférente.

Petit à petit (et assez rapidement puisque le roman est très/trop court), au fur et à mesure de l'apprentissage de Ceony, nous allons en découvrir plus sur cet univers très particulier et surtout, sur ce que signifie, pratiquer la magie du papier. Et vous allez voir, c'est d'une poésie incroyable


Mais tout n'est pas que beauté dans ce monde-là. Toute magie appelle invariablement sa version de maléfique, de magie noire et ici, elle prend la forme des Exciseurs, ceux qui se sont attachés à la chair humaine en lieu et place de tout autre matériel créé par l'homme. Et je dois dire qu'à côté de la pureté de la magie du papier, tout ce sang, ça fait désordre. 


Magie + sang + poésie + amour + un peu de glauque = une Titine bien contente. 

Quel moment génial nous passons avec ce roman ! Les personnages sont intéressants, loin du manichéisme habituel. Coeny, loin d'être une idiote écervelée et amoureuse, possède une persévérance peu commune, tout en tremblant de peur à chaque croisement de l'histoire (ce qui ne la rend que plus réaliste) et Emery Thane, l'exemple type du personnage masculin mystérieux et ténébreux, nous séduit par sa personnalité douce et fantasque. Un petit reproche toutefois, pourquoi si court, bon sang ! Tout va très vite, nous sautons de rebondissement en rebondissement, sans reprendre notre souffle, mais il est quand même fort dommage de ne pas avoir approfondi quelques éléments, tant l'univers, très original, nous attire. Heureusement, une suite parait en mai, il me semble, histoire de ne pas nous laisser comme ça. 

4/5

En Bref
The Paper Magician est un court roman qui se dévore en quelques heures et qui ne vous laissera aucun répit. Il vous plongera dans une toute nouvelle forme de magie, vous fera pénétrer dans les recoins les plus secrets, les plus beaux et les plus sombres de l'âme et du cœur d'un homme. Presque plus proche du conte merveilleux que du roman de fantasy, cette histoire ne demande qu'à être découverte et s'il m'a manqué peut-être un peu plus de développement pour que ce soit un coup de cœur, je suis totalement et indubitablement sous le charme ! On en redemande ! Et Mimine et Titine ont presque capté comment faire un avion en papier, mais cet imbécile refuse de voler tout seul...

lundi 20 février 2017

- C'est Lundi #34 - Une couille dans le potage -


Salutations mes bons amis !

Titine se remet tout doucement de ces émotions de la semaine dernière et, avant de publier quelques autres articles, plonge dans le petit bassin, histoire de vérifier que tout fonctionne encore. Je vous propose donc l'habituel C'est Lundi de la semaine, quelque peu délaissé ces derniers temps. 

Comme d'habitude, vous pouvez retrouver l'intégralité des liens sur le blog de Galleane, merci à elle.

Les trois questions du lundi :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?


Ce que j'ai lu la semaine dernière


Comme je vous l'ai dit dans la news, la semaine dernière fut un peu mouvementée. Ma concentration de lectrice est donc partie faire une petite virée dans des contrées lointaines et je pense que je n'ai pas apprécié ce que j'ai lu à leur juste valeur. Ou alors, ce n'était juste pas de bonnes lectures, je ne sais pas trop.

Dis-moi que tu m'aimes démarrait bien mais devient trèèèèèèès long ensuite. On n'en finit plus de chercher le violeur de la pauvre héroïne et, honnêtement, à un moment, on n'en a plus rien à faire...

Le deuxième tome de la série Cobayes, Sarah et Sid, est moins horrifique que le premier, Anita, plus triste et fataliste. L'histoire d'amour en fond, celle de Sid et Sarah apporte une note absolument tragique à l'ensemble et si vous ne ressortez pas du roman avec la nausée, votre petit cœur est bien malheureux. J'ai hâte de voir ce que donne le reste de la série, c'est vraiment un concept étonnant.

Je me suis ensuite tournée vers une bd, le truc qui permet de se changer les idées facilement, et c'est le deuxième tome des Cahiers d'Esther, de Riad Sattouf qui a gagné à la loterie. Un excellent témoignage d'enfant, comme pour le premier. Mais bon sang, qu'est-ce qu'on prend un coup de vieux en lisant ça ! C'est vache.

Enfin, en LC avec mon Petit Monstre, The Paper Magician. Très très très intéressant. Mais suspense, vous aurez la chronique demain ^^


En ce moment, je lis ça


Grâce à NetGalley, je me suis lancée dans La fille d'avant de JP Delaney, le petit dernier à paraître des éditions Mazarine. À environ la moitié de ma lecture, je peux vous dire que c'est pas mal du tout, plutôt déroutant et très addictif. D'ailleurs, j'y retourne dès que j'en ai fini avec vous (par contre, les sp numériques en pdf, c'est nul, c'est mal mise en page et ça m'énerve, voilà, il fallait que ça sorte).



Et ensuite ?
Il est temps pour les Petits Pédestres de reprendre la route vers le très célèbre Légende. Titine a presque peur de s'attaquer à ce gros morceau, pour tout un tas de raisons, le destin de Druss étant la première, la renommée du roman la deuxième. Argh. Heureusement, les membres de la Guilde seront là pour se soutenir entre eux.

Chômage Monstre est l'une des dernières parutions d'une maison d'édition indépendante et lilloise et le titre m'a interpellé...



Je me suis mise au tricot. Je sais que pour certaines (et certains, ne tombons pas dans les clichés) d'entre vous, ça ne veut rien dire, que c'est devenu une routine, pour moi, peu habile de mes mains, c'est énorme. Voilà, je voulais juste vous le dire. Ne vous étonnez donc pas si vous voyez passer des photos d'écharpes de 2 mètres de long, bourrées de défauts par ici ou sur les réseaux sociaux ☺

Et vous, que lisez-vous aujourd'hui ?
Très bonne semaine à tous !


jeudi 16 février 2017

- Des news -


C'est certain, Titine aime se faire désirer.

Elle ne donne pas de nouvelles, elle ne vient plus aux soirées, elle poste sporadiquement. Bref, on se demande si elle n'est pas partie vivre sur la lune ou si sa connexion internet n'a pas décidé de déserter. MAIS NON. Des tas de machins ont choisi de tomber tous en même temps sur le nez de Titine qui passait tranquillement par là. La pauvre.

La première raison, suivre le Monsieur Pumpkins en Suisse pour son cours à l'Epac, était prévue, pas de souci jusque-là. C'est après que ça s'est compliqué. Mais maintenant qu'on peut enfin se poser, reprendre son souffle et faire danser les doigts sur le clavier, toute l'équipe du Brocoli de Merlin (Titine et Broco en fait) va essayer de reprendre un rythme normal. 

En attendant, vous pouvez retrouver votre pas si humble servante sur le blog du dragon June & Cie qui a eu l'honneur, que dis-je ! le délicat et transcendant bonheur d'héberger Titine et son graphiste en chef dans sa tanière ! Merci encore poulette ♥



A très vite !

jeudi 9 février 2017

- Throwback Thursday - LGBT ++ -

©BettieRose Books
Par manque de temps, j'ai sauté quelques Throwback Thursday ces dernières semaines et ça m'a rendue toute tristounette (il m'en faut peu) mais aujourd'hui, perdue au milieu des montagnes en Suisse (ne me demandez pas ce que je fous là, je n'en suis pas sûre moins même)(Praise the lord, il y a le wifi), j'ai trouvé un petit trou dans mon emploi du temps surchargé (non) pour vous pondre quelque chose. Et même que je vais tricher un peu. J'espère que BettieRose, la papesse de ce rendez-vous, ne m'en voudra pas. D'ailleurs, c'est pas moi, c'est Broco, une vraie tête de cochon pour un légume celui-là. 

Thème du 9 février 2017
LGBT+ ou Minorités

©BettieRose Books
Comme d'habitude, à chaque fois que je vois le thème du jour, je tombe dans un océan de perplexitude. Et là commence un long dialogue avec moi-même (pas un monologue, puisque je me réponds, tout ça...) à base de "Oh mon dieu, je ne vais jamais trouver, je suis nulle, j'ai jamais rien lu là-dessus" et blablabli et blablablo. Et, en réponse à mon moi défaitiste, le moi rationnel, légèrement affligé, on le comprend, gérer ce machin au quotidien, c'est pas facile, prend le taureau par les cornes et parcourt sans relâche les comptes Babelio / Livraddict / Goodreads et des listes thématiques à la recherche DU LIVRE lu et adoré qui correspondrait au sujet. 

Et là, c'est le drame. Le moi rationnel en a trouvé des TAS. Après lui avoir sauté dans les bras, le moi émotionnel a pris le contrôle (on n'est pas sauvé) et a décidé de (presque) tout garder. Sous vos yeux ébahis, le résultat :


Deux livres donc, une bd et un roman ado. Je triche A PEINE ! 

Le bleu est une couleur chaude : l'un de mes coups de cœur bd international de la vie tout entière et tout et tout. J'ai même rédigé un mini-mémoire, c'est dire. Et non, je n'ai pas vu le film parce que ça ne m'intéresse pas de mettre des visages "réels" sur ceux dessinés, je préfère garder en mémoire les superbes planches sur cet amour naissant entre deux jeunes femmes. Superbe. Et de toute façon, je l'ai découverte avant tout le monde, cette bd, nah' (mode hipster off, pardon). 

Moi, Simon 16 ans homo sapiens : j'ai un excellent souvenir de ce roman et surtout de son personnage principal, Simon. Nageant à l'opposé des ados torturés habituels, Simon vit bien son homosexualité, il est drôle, à l'aise avec lui-même et très amoureux de quelqu'un qu'il n'a jamais rencontré. Un roman amusant mais profond sur l'acception de soi et des autres. Si le cœur vous en dit, c'est l'une des premières chroniques que j'ai faite, à lire ou relire ici.


Et vu que je suis bien partie pour transgresser toutes règles de cet univers et des autres, allons-y gaiement pour un petit dernier :


Je viens de le terminer à l'instant et j'avais envie de vous en parler. Il ne parle pas LGBT mais d'une minorité qu'on voit peu, voire pas du tout en littérature, les personnes atteintes d'un handicap, quel qu'il soit. J'imagine que ça colle du coup ? Tapez-moi si ce n'est pas le cas.

Le Silence de Mélodie nous raconte l'histoire d'une toute jeune fille de 11 ans, handicapée depuis sa naissance par une paralysie cérébrale qui affecte ses capacités physiques tout en laissant son esprit totalement intact. Mais voilà, Mélodie ne peut pas parler, sa bouche, sa langue et sa gorge ne le lui permettent pas. Et pourtant, elle en a des choses à dire, sa brillante intelligence ne lui laisse aucun répit mais malheureusement, ceux qui l'entourent ne le font pas non plus. Adultes, enfants, parents, tout le monde finit tôt ou tard par la prendre pour une imbécile, même lorsqu'elle leur prouve que c'est loin d'être le cas. 

L'histoire de Mélodie est bouleversante et je l'ai terminée en ayant envie de frapper tout le monde, surtout les adultes qui n'ont absolument pas l'excuse de l'immaturité pour justifier leur conduite. Bref, je vous encourage à le découvrir si ce n'est pas déjà fait !


Voilà, trois livres au lieu d'un seul, qui dit mieux ? 

Des bisous suisses à tous !


Previously in

samedi 4 février 2017

- C'est le 1er, j'balance tout -

Alors oui, je démarre bien mal ce nouveau bilan mensuel puisque nous ne sommes plus le 1er février mais le 4 à l'heure où je commence à écrire. Et c'est pas dit du tout que j'arrive à le terminer aujourd'hui. C'est mal, j'ai honte mais l'important, c'est de participer, non ?

Ça fait déjà un petit moment que le bilan mensuel "classique" me saoule un peu. Je lis trop pour développer chaque bouquin et je ne vois pas l'intérêt de juste lister les couvertures. Et le bidule faisait vraiment trop redite avec les C'est Lundi. Et donc, ce nouveau rendez-vous C'est le 1er, j'balance tout, tombe carrément à pique ! Je remercie Lupiot du blog Allez vous faire lire pour cette brillante idée ainsi que mon Petit Monstre préféré sans qui je serais sans doute passé à côté.

Les règles du RDV :

  1. Le Top & Flop des lectures du mois précédent.
  2. Au moins 1 chronique découverte sur un autre blog le mois dernier.
  3. Au moins 1 article lu et aimé le mois dernier (hors chronique litt).
  4. Et enfin : le truc trop cool que vous ayez fait ou qui vous est arrivé pendant le mois.

Top & Flop

Sur les 21 lectures du mois de janvier, on peut dire qu'il y a boire et à manger. D'ailleurs, on va faire comme si je n'ai pas lu 5 tomes d'Harry Potter, sinon je vais obliger de les mettre tous dans le top et on parlera pas beaucoup d'autre chose. 

L'aventure des Petits Pédestres Croustillants s'est poursuivie avec Isa et avec Loup Blanc, mon préféré de la mort qui tue de toute la saga jusqu'à présent. Ce fut trépidant, haletant et badass, comme d'hab. Et Skilgannon ! Miam quoi. Juste miam. Voilà.

Un coup de cœur BD aussi, avec Idéal Standard d'Aude Picault, une petite histoire toute simple, très réaliste (à l'inverse de la magie du Cycle de Drenaï) et qui fait réfléchir. A lire absolument !
J'ai abandonné deux bouquins ce mois-ci mais absolument impossible de me rappeler les titres. Du coup, je vous mets les deux bouquins que j'ai le moins aimés : Calendar Girl - Janvier et La Veuve. Le premier m'a gêné, la thématique de l'escort est très étrangement traitée et je n'arrive pas encore à savoir ce que j'en pense. Le deuxième m'a ennuyé et au final, je n'en avais plus rien à faire de la culpabilité ou non de monsieur et de madame.


La Chronique du Mois

Choix difficile. Voire carrément cornélien. Je dois lire une centaine de blogs différents chaque semaine, pas facile de ne sélectionner qu'une seule chronique parmi tous les excellents articles que vous publiez chaque jour !

Pour la prochaine édition du RDV, je ferais sans doute plus attention et garderais en mémoire les chroniques qui m'ont marqué. Aujourd'hui, celle qui me vient spontanément à l'esprit, c'est la chronique de Mimine, le charmant petit monstre (décidément, il n'y en a que pour elle aujourd'hui !) sur le thriller de Barbara Abel, Je sais pas. Alors que nous ne sommes pas du tout du même avis, elle réussit à me faire me marrer comme une loutre et à être, finalement, complètement d'accord avec elle sur plusieurs points du bouquin ! Elle est forte cette Mimine.


L'Article du Mois

La remarque revient souvent : écrire auteurE ou autRICE et pourquoi. Quelques éléments de réponses dans ce génialissime article d'Audrey Alwett. D'ailleurs, tous les posts de ce blog sont passionnants et suscitent souvent des réactions intéressantes et/ou carrément mauvaises (et beaucoup de trolls et de messieurs très fâchés, ce qui me fait dire que la question n'est pas aussi anodine que ça).


Le truc trop cool dans la vie de Titine

Je crois que je vous ai assez rabâché les oreilles avec le festival d'Angoulême, nan ? Parce que ça, c'était vraiment cool. Genre sur l’échelle de Richter du cool, la terre s'écroule, voyez.

Sinon, il y a eu mon anniversaire aussi. Et si prendre de l'âge, ça craint, les cadeaux, c'est plutôt pas mal. Si si. Et Titine a été carrément gâtée cette année.


Un très beau mois de Février à vous !
Des bisous


mercredi 1 février 2017

- Angoulême - Broco's Party Time -

Vendredi 27 janvier 2017 - Départ de Lille

5h30 du matin : Le réveil sonne chez les Pumpkins. Titine, irritée par ce son strident, l'éteint sans y réfléchir à deux fois. Faut dire que Valentine, quand elle dort, elle ne réfléchit pas des masses. Cinq minutes plus tard, rebelote. Mais cette fois-ci, c'est le colocataire du lit qui, bien mieux luné aux aurores que la susdite créature, s'élance d'un pas guilleret et conquérant vers la machine à café. 

Grognement de l'ourse mal léchée. 

"Go go go ma chérie ! Faut se lever, on va à Angoulême et le train ne va pas attendre les deux heures nécessaires au réveil, au café et à la douche de sa magnificence !"

Ah.

Quel bachibouzouk ce train. Et ce colocataire. Y a plus de jeunesse.

7h11 : Dans le train, l’honneur est sauf et l’haleine est fraîche, tout va pour le mieux, on s’installe du mieux qu’on peut et c’est parti pour quatre heures et des brouettes de lecture et de disputes pour celui qui aura l’accoudoir du milieu (c’est Titine qui a gagné).

11h40 : Arrivée en gare d’Angoulême, déjà fourbus, Mary et Titine se disent qu’ils se font vieux. Mais comme une réputation de warrior ne se construit pas sur du vent, ils décident de prendre bagages à leur cou, de souffler courage à leurs articulations et de s’en aller gaiement vers la place du Champ de Mars, où se tient le Monde des Bulles, rassemblement des grands éditeurs de bande dessinée, histoire de prendre la température de l’eau et, accessoirement, de récupérer les clefs de notre auberge.



13h30 : Un brocoli et un nain, quand ça a faim, c’est grincheux. Heureusement, de braves restaurateurs sont là pour régler rapidement ce problème et c’est bien repu que nos braves Mary et Titine peuvent commencer leur expédition.

15h : Le Monde des Bulles
          Mazette, l’effervescence du truc. Y rentrer représente déjà une grosse parte de l’aventure, même en ayant un badge « Auteur », permettant de sauter la longue file des amoureux de bd. Et il faut montrer patte blanche. Et expliquer à Monsieur le Vigile, très suspicieux, que non vraiment, ceci n’est pas une bombe mais un ipod accroché à une serviette hygiénique. On a presque l’impression de rentrer sur le territoire américain, post-Trump. C'est compréhensible, bien sûr, mais un brin rageant la quinzième fois. 
L’immense bâtiment du Monde des Bulles regroupe une énorme partie des éditeurs de bande dessinée les plus « connus ». Titine commence directement avec l’achat du tome 2 des Culottés de Pénélope Bagieu, histoire de se faire la main. Bien sûr, il ne faut pas compter sur une dédicace de la dessinatrice, hélas, tout se fait sur « ticket ». Puis, c’est parti pour le grand tour dans ce qui n’est finalement qu’une énoooooorrrmmeeee surface culturelle, avec un classement par éditeur.


            Notre vaillant couple passe de stand en stand, touche aux énormes piles de livres, feuillette, repose, achète parfois, bd après bd. Un petit tour par le stand Ankama Éditions, tout joli, tout beau, faire un coucou aux copains qui bossent et leur souhaiter bon courage. Et mine de rien, la journée est déjà presque terminée. Valentine perd alors toute notion de l’heure. Imaginez ! Entourée de tant de bouquins, tant de choses à voir, d’ouvrages à tripoter, d’illustrateurs à regarder de loin, la bave au coin de la bouche. Hélas, faire 3 heures de queue pour une gribouille, si jolie soit-elle, très peu pour le broco. La patience, connais pas, est-ce que ça se mange ?

(photo Gaël)
19h : La première journée du festival arrive à son terme. Et comme Mary et Titine sont des VIP (avec un ego plutôt bien portant), ils retournent au stand Ankama, où se tient un petit apéro entre exposants et éditeurs, histoire de remonter le moral des troupes et de bien démarrer la soirée. Parce que pour les auteurs et pour ceux qui bossent sur les stands, le festival d’Angoulême ne se termine pas quand le public s’en va. Au contraire mon cher. Mais hélas, la décence et le devoir de réserve m’interdisent d’en dire plus ici, où de chastes yeux pourraient traîner. Cela dit, la bière était bonne. Titine a aussi eu l’occasion de se transformer en fan bafouillante et rougissante devant Maliki et Becky. Même qu’elle s’est cachée derrière Mary qui voulait aller lui parler. Et qu’un son étrange et incompréhensible lui est sorti de la bouche quand elle a voulu expliquer à quel point elle avait adoré la campagne Ulule de la demoiselle aux cheveux roses et qu’elle a hâte de lire la suite du roman. Voilà. Oublions cet épisode.


Samedi 28 janvier 2017 – Angoulême


 9h : C'est la tête au mauvais endroit que se réveillent Mary et Titine. Mais le devoir appelle le dessinateur, qui n'est pas juste venu jouer au touriste. Direction le Quartier Jeunesse où il doit tenir un atelier devant une bonne vingtaine d'enfants. Le trouillomètre est à son apogée. Parfois, le stress est encore plus efficace que le café pour se mettre en route rapidement. Tellement rapidement que les Pumpkins arrivent 1h30 avant l'horaire annoncé. Heureusement, le cours se tient dans le même bâtiment qu'une exposition absolument superbe : le travail d'Alex Alice sur la bd Le Château des Etoiles.


[D'ailleurs, si vous ne connaissez pas, je vous encourage à découvrir l'oeuvre, je ne l'ai pas encore lu mais rien qu'aux illustrations, je peux vous dire que ça vaut le coup]

11h30 : C'est l'heure du cours et Mary est à deux doigts de faire pipi dans son slip. Du coup, Titine reste avec lui, sait-on jamais, vu l'autorité qu'il a sur les chats, s'il y a un problème avec 20 gamins, il va y passer. Et c'est lui qui a le billet de retour.

12h30 : Tout le monde est vivant. Tout s'est bien passé. A la bouffe !

Le Quartier Jeunesse
14h : Après le ravitaillement, direction le Nouveau Monde. Contrairement au Monde des Bulles, le Nouveau Monde rassemble des "petits" éditeurs et/ou des éditeurs indépendants. Titine et Mary ont ici la possibilité de découvrir un tas d'autres choses, plus discrètes mais néanmoins, d'une grande qualité. C'est aussi ici que Titine va avoir la surprise de tomber sur des auteurs plutôt importants sans qu'il y ait une immense queue devant eux. Allez, hop quelques dédicaces !


Inutile de vous dire que Titine saute partout. Elle adore Derf Backderf (auteur de L'ami Dahmer et de Trashed). Et depuis le temps qu'elle entend parler de Rosalie Blum, c'était l'occasion de découvrir si le roman graphique mérite son succès. Regarder un illustrateur créer un dessin, en deux trois coups de crayon et observer les différences de style (rien à voir entre Derf et Camille Joudry !) juste devant soi, c'est toujours un moment fascinant.

17h30 : C'est le début des emmerdes. Il pleut et bien sûr, c'est le moment où notre couple, bien mouillé, doit changer de logement et donc, traverser toute la ville avec bagages et sacs de bds toutes neuves. Bon. En bon félin, Titine râle. Beaucoup. L'eau, ça devrait rester pour la douche ou dans les piscines, ce truc qui tombe du ciel n'est pas naturel. Heureusement, la ville d'Angoulême fait plutôt bien les choses, un bus spécial, gratuit, a été mis en place pour transporter le public d'un lieu à un autre. Certes. Sauf qu'avec le temps qu'il fait, ils ne sont pas les seuls à avoir eu cette idée. Et être mouillé, chargé, collé-serré à des inconnus suants, c'est un peu beaucoup pour une ourse. (oui, mi-ourse, mi-félin... ah ! En fait je suis Totoro !)

20h : Aaaaaah, ça va mieux. Douchée et changée, Titine peut maintenant penser à quelque chose de plus important : manger. Les priorités de la vie, tout ça. Les Pumpkins partent donc retrouver les copains, dans un sympathique restaurant, Le Lieu-Dit, qui n'hésite pas à mettre à l'honneur les clients-dessinateurs qui fréquentent l'établissement. De belles feuilles blanches épaisses servent de set de table et si dessin dessus, ils sont accrochés sur une corde à linge au plafond. Mary est inspiré.


22h30 : Il n'est pas tard, mais un festival, ça fatigue, Mary et Titine rentrent digérer et se coucher. Une bien belle soirée.


Dimanche 29 janvier 2017
Angoulême et Retour

9h : L'hôtel étant plus près du cours de Mary, les Pumpkins ont un peu plus de temps ce matin et se dirigent d'un pas allègre vers le Vaisseau Moebius pour rencontrer Les nouveaux visages de Mickey. Sauf que le festival et, de fait, les expositions, n'ouvre qu'à partir de 10h. Voilà. Les nouilles.

10h : L'exposition Mickey Mouse donc. Pourquoi les nouveaux visages de Mickey ? Tout simplement parce que les éditions Glénat ont pris le pari de rééditer les aventures du personnage culte de Disney MAIS avec des auteurs différents, qui ont chacun un style bien à eux. Mary et Titine ont donc le plaisir de découvrir des planches originales de Régis Loisel (Café Zombo), de Tébo (La Jeunesse de Mickey, grand gagnant du Prix Jeunesse 2017), de Kéramidas et Lewis Trondheim (Mickey's Craziest Adventures) et de Cosey (Une Mystérieuse Mélodie).

En haut : Loisel. A gauche : Keramidas. A droit et en bas : Tébo
Titine vous avoue une préférence pour les trois auteurs ci-dessus, elle a d'ailleurs complètement oublié de prendre une photo du travail de Cosey, ce qui est vraiment bête lorsque l'on sait que le monsieur était le Grand Prix d'Angoulême...

11h : Départ en direction du musée de la BD, au Quartier Jeunesse, pour une exposition des œuvres Will Eisner cette fois-ci. Titine ne connaissait pas trop le bonhomme mais a été complètement bluffée par la scénographie de l'expo. On se retrouve plongé dans une ambiance de gangster des années 30, où meurtres, chapeaux et gros cigares se côtoient. Le monsieur, présenté comme l'initiateur du roman graphique (au même titre d'Art Spiegelman avec son célébrissime Maus), montre une évolution de style très intéressante, de très "américain" à quelque chose de plus personnel.


11h30 : Il est temps pour Mary de faire à nouveau son devoir. Cette fois-ci, Titine remarque que le "prof de deux jours" est beaucoup plus à l'aise, ça fait plaisir. Par contre, son attention à elle se relâche et elle commence à prendre des photos du plafond. Fort joli plafond cela dit.



[Avance Rapide : cours fini - à la bouffeeeeeeee - retour à l'hôtel pour récupérer les sacs - hôtel fermé jusqu'à 14h - visages blasés et passablement énervés des Pumpkins - Coucou les copains ! - Coucou Spirou !]



15h30 : Espace Franquin. Titine et Mary circulent difficilement mais circulent quand même dans l'exposition Hermann. Et Mary est totalement subjugué par la beauté des planches présentées, Titine, elle trouve que c'est toujours pareil. Alors, elle tourne un peu en rond. Et cette andouille en oublie même de faire des photos. A vous de faire travailler votre imagination du coup....

Et mine de rien, il est déjà 17h, le festival ferme définitivement ses portes à 18h, les Pumpkins retournent donc au Monde des Bulles, histoire d'attendre les amis pour partir à la gare. Et là, boum ! Surprise ! Boulet ! Le dessinateur, le vrai, l'unique, le gars dont Titine est à moitié amoureuse.

Le gars qui est censé avoir terminé ses dédicaces à 15h mais qui est toujours là, vaillant, le cheveu roux au vent, qui ne refuse personne et, surtout, qui n'a qu'une file de trois personnes devant lui. Et là, Titine, elle s'effondre. L'artiste a tellement de succès et des files tellement longues d'habitude qu'elle a laissé tomber l'idée de prendre l'un de ses ouvrages. Mais qu'à cela ne tienne, Mary, en vaillant chevalier, déniche une bd qu'ils n'ont pas encore et attend patiemment pendant que Titine rassemble ses esprits (et les morceaux de ses pieds)(et de son dos).

©Boulet
Quel très bon moment, ce mec est absolument génial, hyper sympa, très cultivé (nous avons eu droit à une anecdote sur les bulles de la Guiness et, la cuillère dans le goulot du champagne, info ou intox ?), il a pris le temps de faire une belle dédicace (en haut gauche) et les Pumpkins lui ont acheté deux reproductions (à droite, haut et bas) et un écusson "Lourd est le parpaing de la réalité sur la tartelette aux fraises de nos illusions" (en bas gauche).

18h : Après tant d'émotions, les Pumpkins et quelques ankamiens partent tranquillement vers la gare.

18h27 : Le fucking train est bondé, le monsieur à côté de Titine pue des pieds.

18h58 : Titine commence à se demander si c'est pas elle le problème.

19h15 : Non, se sniffer en public n'est pas une pratique "comme il faut", Titine essaye de penser à autre chose.

20h : Titine s'endort.

22h45 : Arrivée en gare de Lille Europe et comme c'est le Nooord, il pleut. Bienvenue à la maison ! Les chats ont l'air ravi de les revoir. Ah non, c'est juste une histoire de croquettes. Douche, dodo.

BYE BYE !

J'espère que vous avez apprécié autant que nous ce petit voyage à Angoulême. Bien sûr, certains faits ont été modifiés pour coller à ma propre réalité. Mais le reste est totalement véridique. Je le jure, votre honneur.
Quelques photos restantes, si le cœur vous en dit.
(N'hésitez pas à cliquer sur le ↻ pour redémarrer le diaporama)